Archives des étiquettes : drogue

Rouille, de Floriane Soulas

Rouille, de Floriane Soulas (one shot, éditions Pocket)

Violante n’a aucun souvenir de sa vie ou de son identité. Prostituée la plus en vue de la capitale, tous les hommes sont à ses pieds et certains sont prêts à dépenser des fortunes pour le plaisir de passer un moment avec elle.
Mais toute cette vie n’est pas la sienne, elle le sait. Violante n’a plus qu’un étrange médaillon comme témoignage de sa vie d’avant. Qui est-elle ?
Lorsque sa meilleure amie est retrouvée atrocement assassinée alors que la période est trouble, Violante décide de mener l’enquête. Elle pourrait bien découvrir la vérité sur l’affaire, sur la nature de la Rouille, cette nouvelle drogue à succès à Paris, et sur elle-même.

J’ai découvert ce roman en poche alors que j’en avais beaucoup entendu parler à sa sortie. Il a en effet reçu de nombreux prix qui lui ont offert une jolie tribune et une belle visibilité.
Or, j’ai tendance à me méfier des oeuvres qui raflent des prix. Rarement convaincue, j’ai tendance à m’interroger sur la réelle raison (et la façon) de distribuer des prix aux oeuvres et je suis rarement de l’avis des juges.
Pourtant, ici, le résumé du titre me plaisait et j’avais envie de passer un moment à découvrir la plume de Floriane Soulas.
Je n’ai pas été déçue !
L’histoire a le mérite de sortir des sentiers battus à plus d’un titre : il nous plonge dans une époque steampunk qui n’est pas légion dans les rayons des librairies, et cela se passe à Paris (ce qui n’est pas sans me rappeler l’excellente trilogie de Pierre Pevel et son Paris des Merveilles), il y a une enquête, et l’héroïne est une prostituée amnésique.
Beaucoup d’éléments qui font dès le départ se démarquer le roman.
J’ai aussi été rapidement aspirée dans le livre. La plume est immersive, descriptive mais pas trop et alterne dialogues, actions et descriptions avec succès. L’univers original ne nous perd jamais car l’actrice arrive à bien doser les apports d’imaginaires à notre réalité. Je ne me suis jamais ennuyée car l’enquête progresse et l’histoire plonge dans le mystère à mesure que l’on tourne les pages.
Mais surtout je me suis attachée aux personnages.
C’est rare pour être souligné mais je crois que je les ai tous aimé, ou j’ai aimé les détester, pour de bonnes raisons. J’ai beaucoup aimé Violante et je n’avais pas envie de la quitter. Hugo m’a émue, et les compagnons de Violante m’ont touchés pour leur côté ambivalent. Rien ni personne ou presque n’est gentil ou méchant. Chaque personnage a ses objectifs et sa personnalité. Ils font en sorte d’y parvenir. On comprend les intérêts économiques du réseau dans lequel Violante est intégrée etc…
Alors pourquoi ce livre n’est-il pas un coup de coeur ?
Il n’est pas passé loin, c’est vrai. A vrai dire, cela repose sur un seul choix scénaristique que je ne peux pas révéler sans vous gâcher la surprise. Sachez juste que l’explication derrière tout le roman, le « pourquoi tout ça », ne m’a pas convaincue. J’ai trouvé la raison déjà vue, banale, sans originalité, là où tout le roman est justement dans l’innovation et l’originalité. Ce qui m’a un peu déçue et ne fait pas de ce roman un coup de coeur.
Toutefois, je comprends très bien, pour une fois, les prix qu’il a reçu. Il est original, bien écrit, émouvant, tout ce que les lecteurs peuvent chercher lorsqu’ils ouvrent un livre.
Et puis c’est un succès issu d’une plume féminine, ce qu’il faut également soutenir !
Je découvrirai d’autres titres de cette jeune actrice avec le même plaisir que j’ai lu cette singulière Rouille.

Pour qui : les lecteurs qui aiment les histoires steampunk, les histoires originales, les histoires émouvantes aux personnages attachants.

Les + : un livre bien écrit, le mystère s’épaissit de page en page, l’univers est bien dosé entre les ajouts propres à ce monde et notre réalité, les personnages sont attachants, l’héroïne originale.

Les – : La grande explication derrière toute l’intrigue n’est pas à la hauteur du reste du livre.

Infos pratiques
Poche :
432 pages
Editeur :
Pocket (12 mars 2020)
Collection :
Science-fiction
Langue :
Français
ISBN-10 :
2266306634
ISBN-13 :
978-2266306638

Coeurs Artificiel, de Laura Lam

Coeurs Artificiels, de Laura Lam (one shot, éditions du Livre de Poche)

Tila et Taema sont jumelles, anciennes soeurs siamoises séparées depuis une dizaine d’années à qui on a greffé un coeur artificiel.
Elles pensaient être liées depuis toujours, et que rien, pas même un faux coeur, ne pourrait les séparer vraiment.
Sauf qu’un jour, Taema reçoit chez elle sa soeur, paniquée, dont le manteau est ensanglanté. Elle est aussitôt arrêtée pour meurtre.
Taema ne pensait pas qu’il y avait des secrets entre elles, et pourtant… Elle va devoir se lancer dans une incroyable aventure pour découvrir la vérité et sauver celle qu’elle pensait être son double.

Je vous avoue que je n’ai pas vu l’intérêt de baser l’essentiel sur livre sur la notion du coeur artificiel, ce dernier n’apportant pas grand chose à l’histoire, finalement. Il aurait pu s’agir de deux vrais coeurs transplantés sans que cela ne modifie quoi que ce soit, peut-être même que cela aurait pu apporter un plus à l’histoire des jumelles.
Néanmoins, Coeurs Artificiels est un bon roman, une intrigue policière dans un monde futuriste où les évènements s’enchaînent de manière dynamique.
J’ai bien aimé le traitement des deux soeurs. Ce roman choral n’est pas rébarbatif car chacune des deux soeurs apporte quelque chose. Taema narre les éléments de l’histoire, tandis que Tila écrit un journal pour raconter l’histoire des siamoises lorsqu’elles vivaient dans la secte de Mana-Ma.
Ce qui est intelligent, c’est d’avoir noué l’ensemble. Rien n’est laissé au hasard dans le roman et les lecteurs les plus perspicaces pourront sans doute dénouer quelques intrigues avant les personnages.
Quoi qu’il en soit il s’agit d’une lecture palpitante et intéressante, comme toutes celles que j’ai pu lire parue aux éditions du Livre de Poche.
A la différence, peut-être, que ce titre là aborde des sujets plus graves que les autres que j’ai lu. On y parle en effet relation au corps, orientation sexuelle (les deux soeurs avouent être bisexuelles mais finalement les relations entre les personnages restent hétéro, ce qui apparaissait comme une originalité ne s’éloigne donc pas trop des clichés), meurtre, drogue… des sujets qui dénotent par rapport à ce qui se lit habituellement. C’est une bonne chose.
Les héroïnes sont ici âgées de 26 ans et il me semble que c’est un peu plus âgé que ce que l’on peut lire habituellement dans ce genre de littérature. J’ai apprécié la prise de risque avec ce texte osé et un brin complexe qu’il vous faudra lire attentivement pour ne rien laisser échapper.
Il est suffisamment épais pour que l’on s’attache aux personnages. J’ai particulièrement apprécié les deux soeurs, dont je ne saurais dire vers laquelle va ma préférence car elles sont vraiment mise sur un pied d’égalité. Là où l’une n’est pas, elle apparaît tout de même en filigrane, si bien qu’il n’y a pas de déséquilibre et que le lecteur ne peut pas avoir réellement de préférence.
Aussi, l’histoire se déroule dans un environnement futuriste, mais pas trop. On apprend qu’une grande catastrophe a eu lieu à San Francisco des années avant (probablement le fameux « Big One »), et cela a eu des impacts sur la vie de la population. L’auteur nous emmène dans le côté sombre de la ville, là où circule la drogue et où des femmes vendent leurs services. L’ensemble est bien ficelé et crédible. On n’est pas dans le tapage ou le vulgaire. Jamais. Les choses sont dépeintes avec justesse.
On est donc dans de la science fiction, mais pas trop. Les préoccupations des habitants sont à peu près les mêmes que les nôtres et on se projette sans peine dans cet univers.
Un roman qui sort des sentiers battus et que j’ai découvert avec plaisir, mais qui aurait pu être poussé encore plus loin grâce à deux trois éléments pourtant traités.

Pour qui : les lecteurs qui aiment les histoires qui sortent des sentiers battus, les histoires policières et mystérieuses, les duos de jumeaux.

Les + : une histoire originale avec plein de bonnes idées. Une écriture chorale intéressante et jamais lassante, du rythme, des personnages attachants.

Les – : Le livre semble tourner autour des « coeurs artificiels » mais cela n’est pas très utile dans l’histoire. Aussi, certaines thématiques abordées auraient pu être poussées plus loin pour se démarquer complètement des romans actuels.

Infos pratiques
Pages : 504 pages
Date de parution: 14/06/2017
Editeur d’origine: Bragelonne
EAN / ISBN: 9782253132998