Archives des étiquettes : éditions du petit caveau

Kill Them All, de Jean Vigne – Givre 1

killthemallKill Them All, de Jean Vigne (épisode 1/6 du feuilleton Givre, aux éditions du Petit Caveau)

Les sous-sols de la capitale sont le théâtre d’horreurs sans nom ce soir. Des adolescents se font agresser, des policiers sauvagement assassiner et une jeune fille échappe à des monstres inconnus…
Il se passe quelque chose. Mais quoi ?
Envoyée sur place pour enquêter, Ange ne ménagera pas ses efforts pour venir à bout de cette terrible menace. Mais contre qui, ou quoi se bat-elle, au juste ?
Les réponses pourraient ne pas lui plaire, et lui coûter cher.

Cette histoire a été initialement publiée dans le recueil Un Chasseur à Paris, publié en 2013 aux éditions Rebelle. Elle fait ici l’objet d’une réédition et s’inscrit désormais dans la ligne d’un feuilleton numérique en six épisodes à paraître aux éditions du Petit Caveau.
Fidèle à lui-même, ce récit nous plonge dans ce que Jean Vigne sait faire de mieux : on retrouve une intrigue avec un personnage féminin central au lourd passé et au caractère bien trempé (magnifiquement illustré en couverture par Mina M.), une enquête pleine de monstres sanguinaires, le tout au 36 quai des Orfèvres.
J’ai, comme souvent avec cet auteur, beaucoup aimé. L’histoire est prenante, le décor bien planté (le texte se plaçait initialement dans un recueil qui devait avoir pour décor la capitale française).
Ce premier épisode esquisse les contours d’une série pleine de révélations et de rebondissements. J’ai beaucoup aimé le personnage d’Ange et de celui de Lord Duvaldelacour, ils promettent une intrigue intéressante pour la suite de la série car beaucoup d’éléments sont lancés dans ce premier tome, pour ce que l’on devine une suite palpitante.
Je suis très curieuse de voir ce que nous réserve l’auteur et surtout d’en savoir plus sur cette nouvelle héroïne au look inimitable.
Le style du texte est comme toujours agréable à lire, descriptif comme il faut et immersif. On plonge au coeur des catacombes et des lieux parisiens avec facilité. Je n’ai pas eu de mal à imaginer le panthéon alors que je n’y ai jamais mis les pieds. L’auteur ne fait pas que citer des rues et des arrêts de métro pour donner l’impression de situer son histoire. Des ambiances sont installées par des moyens plus subtils, ce qui nous plonge au coeur des événements.
En outre, la taille de cet épisode est assez conséquent (une centaine de pages dans le roman papier publié chez Rebelle), ce qui nous laisse le temps d’entrer dans l’univers, l’histoire, et de nous attacher aux personnages.
Le seul reproche que j’aurais à faire est que j’ai eu un peu de mal à me représenter certains protagonistes, notamment Virgin et Valentin, à cause de leurs prénoms proches et des dialogues introductifs un peu déroutant. Malgré cela, j’ai poursuivi ma lecture et les pièces du puzzle se sont correctement mises en place au bout de quelques pages.
J’ai hâte de lire la suite et ne manquerai pas de me procurer cette série en papier lorsqu’elle sera disponible, non seulement pour la qualité du texte mais aussi pour celle, encore plus flagrante, de la couverture.

Pour qui : Les lecteurs qui aiment les histoires rythmées se passant en France, les histoires de monstres et les héroïnes au caractère bien trempé. Pour ceux aussi qui aiment le style de cet auteur.

Les + : J’apprécie toujours quand le théâtre des événements se passe en France. L’héroïne au caractère fort est convaincante, et s’inscrit dans la lignée des autres héroïnes des titres de cet auteur. Beaucoup de pistes lancées dans ce premier épisode où le décor et les personnages sont bien posés. Un plaisir à lire.

Les – : Quelques confusions dans les prénoms dans l’introduction de certains personnages, et il m’a sembler relever quelques incohérences dans une des scènes qui se déroule dans les catacombes (moment de groupe avec une caméra, pour ne pas spoiler) J’irgnore si cela aurait pu être corrigé dans la version sortie aux éditions du Petit Caveau.

Infos pratiques
Date de parution : 25 janvier 2017 (version numérique)  (version papier courant été 2017)
ISBN : à venir
Illustration de couverture : Mina M.

Publicités

Plutôt mort que vivant, de Kailyn Mei

plutot-mort-que-vivantjpeg

Plutôt mort que vivant, de Kailyn Mei (tome 2 de la série Andrew Weiss, éditions du Petit Caveau)

Andrew Weiss, ex-star, ex-sex-symbol, ex-maître de sa vie… n’est plus que l’ombre de lui-même. Ecumant les bars, il passe son temps à ressasser ses récents échecs.
Mais les ficelles qui mènent son existence sont toujours maniées en haut lieu par des forces plus grandes que lui et son égo (ce qui n’est pas peu dire), si bien que le vampire ne restera pas longtemps sans se voir confier une nouvelle mission. Ici, une de ses victimes les plus récentes souhaite le voir, car elle a une importante demande à lui faire.
Andrew va devoir faire fi de son passé s’il veut aller de l’avant et faire les bons choix pour rester debout au milieu de tous ceux qui veulent le voir plutôt mort que vivant.

Cette suite de Union Mortelle pour un Vampire se place quelques temps après la fin du premier tome. Bien que s’inscrivant dans une série, ce nouveau récit peut être lu indépendamment du premier, ce qui est une bonne idée.
On y retrouve le personnage principal, et si j’ai regretté ne pas revoir certains que j’avais aimé dans le premier (comme Sérénité), j’ai apprécié les nouveaux personnages au point de préférer largement cette suite au premier.
Le personnage d’Andrew s’illustre mieux dans son rôle de maladroit un peu hautain, là où dans le premier on nous le disait sans forcément nous le montrer. Ici nous pouvons avoir un vrai avis et, chose qui n’était pas le cas dans le premier, le plaindre. Oui, Andrew m’a fait pitié.
Les autres protagonistes sont intéressants, notamment l’erosdaemon Arsinoë, lorsqu’Andrew arrive en Afrique du sud. Un personnage punchy avec beaucoup de potentiel.
Kirsten la fantôme apporte une touche d’originalité bien que l’auteur aurait pu pousser ce personnage encore plus loin à travers plus de péripéties.
Antoni, quant à lui, m’a un peu moins convaincu. L’histoire d’amour homosexuelle non plus car il manquait quelque chose (peut-être le fait que je n’ai pas souvenir d’avoir entrevu cette facette de la personnalité d’Andrew dans le premier tome et que, par conséquent, cette histoire « d’amour » (ou plutôt d’autre chose) se fait un peu trop rapidement).
Au niveau narratif, cette suite est plus claire, plus posée, plus linéaire. On ne digresse pas d’élément en élément et la lecture n’en est que plus plaisante. Comme si l’auteure avait appris de sa première publication pour prendre le temps de peaufiner ce second opus. L’ensemble est plus cadré et beaucoup plus efficace.
Je ne regrette pas d’avoir lu cette suite qui installe profondément le personnage principal et la série.

Pour qui : Les lecteurs qui cherchent une aventure vampirique originale et qui sort des sentiers battus, des personnages à fort potentiel et une écriture fluide et efficace.

Les + : des personnages plus épais que dans le premier tome et qui n’en sont que plus attachants, une intrigue plus maîtrisée qui sait où elle va.

Les – : Quelques personnages auraient pu être davantage poussés, comme la guerrière XXX et Kirsten, au détriment de l’histoire d’amour entre Antoni et Andrew, qui m’a moins convaincue.

Infos pratiques
Date de parution :
10 octobre 2016
ISBN : 
978-2-37342-030-2
Nombre de pages :
166

« Entrées précédentes Derniers articles »