Archives des étiquettes : j’ai lu

La Conspiration, La Communauté du sud 7, de Charlaine Harris

La Conspiration, de Charlaine Harris (tome 7 de la série La Communauté du sud, éditions J’Ai Lu)

La Rine des vampires doit se rendre dans le Michigan afin de rendre des comptes à un tribunal vampire sur le meurtre de son maris et sa situation après le passage de l’ouragan Katrina. La Reine, toujours très calculatrice, va s’entourer de ses meilleurs éléments pour préparer sa défense et assurer sa défense. Sookie est ainsi conviée à faire le voyage jusqu’à cet hôtel particulier en forme de pyramide.
Malheureusement, les choses vont dégénérer sur place. Des crimes sont commis, des éléments troublants apparaissent. Tout semble accuser la Reine et sa délégation. Mais qu’en est-il vraiment ? Qui veut la peau des vampires de Bon temps ? Seraient-ils victimes d’une conspiration ?

Après le décevant La Reine des Vampires, j’espérais trouver un tome où il se passerait enfin des choses. C’est chose faite avec ce numéro 7 qui reprend les ingrédient d’un roman divertissant.
J’ai toujours eu un faible pour les romans se déroulant à huis-clos et c’est à peu près le cas de celui-ci, dans lequel l’action se passe en grande partie dans un hôtel en forme de pyramide.
On y trouve des révélations, des complots, de la romance, de l’action… bref, je ne me suis pas ennuyée à lire ce livre, comme ce fût le cas pour le précédent. Charlaine Harris était clairement plus inspirée cette fois-ci que la précédente et cela ne peut que satisfaire les lecteurs.
L’ouvrage est plus épais que les autres (401 pages) et il aurait été dommage de les remplir de vide. L’autrice est de plus en plus à l’aise avec son univers. Les personnages sont désormais installés et les enjeux plus importants.
On trouve plusieurs camps et une guerre semble sur le point d’éclater.
Aussi, l’ouvrage commence à dater un peu (2007), et je trouve cela intéressant d’avoir intégré à l’histoire un fait important de notre vie réelle : l’ouragan Katrina (l’ouragan ayant frappé en 2005, on peut supposer que l’autrice était en train de créer sa nouvelle histoire quand le phénomène s’est produit, avec les conséquences que l’on sait. Une catastrophe très bien intégrée à l’histoire de la série et qui l’ancre dans le réel avec crédibilité).
Comme toujours, le style est fluide, léger, agréable à lire, ce qui fait toujours de cette série une bonne distraction en fin de journée ou pour un week-end farniente. Qui aime les ambiance urbaines et bit-lit sera satisfait par ce volume.
Sookie est toujours aussi insupportable mais je crois que j’arrive peu à peu à m’y faire et à la trouver sympathique. J’ai eu l’impression qu’elle avait mûrit dans ce tome, un peu moins mièvre, un peu plus perspicace. Je peux me tromper, ou ce n’est peut-être qu’un coup de chance. Le tome 8 répondra à cette question.
Quoi qu’il en soit j’ai plus bien plus de plaisir à lire ce tome que le précédent, j’espère que Charlaine Harris continuera sur cette lancée maintenant qu’elle a pu prendre un second souffle. Nous n’en somme qu’à la moitié de la série (qui compote 13 tomes et deux tomes bonus) et je me demande ce que nous réserve la suite.

Pour qui : les lecteurs qui ont lu les précédents tomes.

Les + : il y a de l’action, l’histoire avance enfin ! On retrouve les personnages et les intrigues inter-espèces. J’ai apprécié que l’autrice intègre un évènement de la vie réelle dans sa fiction, l’impact est intégré de manière crédible et bien menée.

Les – : la cohabitation des deux traductions continue de me perdre un peu. Ayant acheté les romans d’occasion, je mélange les deux traductions et ce n’est pas un bon choix pour l’éditeur que d’avoir changé les noms dans sa première édition.

Infos pratiques
Poche: 406 pages
Editeur : J’ai lu (25 novembre 2009)
Collection : SEMI-POCHE
Langue : Français
ISBN-10: 2290019550
ISBN-13: 978-2290019559

Publicités

La Reine des Vampires, de Charlaine Harris (La Communauté du Sud 6)

La Reine des Vampires, de Charlaine Harris (tome 6 de la série La Communauté du Sud, éditions J’ai Lu)

Sookie part à la nouvelle-Orléans pour vider l’appartement de sa cousine vampire Hadley. La Reine vampire demande également à ce que la jeune serveuse de Bon Temps soit présente à une cérémonie très officielle. Et c’est bien connu, on ne peut rien refuser à la Reine.
Sookie, qui tente encore de se reconstruire en portant le secret de la mort de Debbie Pelt, n’est pas au bout de ses surprises. D’autant plus qu’il semble que certains loups-garous se soient mis en tête de l’éliminer.

J’en attendais plus d’un roman dont le titre porte le nom d’un des personnages les plus puissant de la série.
Comme les autres tomes, celui-ci se lit bien, mais j’ai eu l’impression d’avoir plus souvent affaire à du remplissage qu’à la nouvelle proposition d’une autrice pour sa série.
Il ne se passe pas énormément de choses, soyons francs. Sookie fait des allers et retours entre Bon Temps et la Nouvelle-Orléans, fait la connaissance de nouvelles personnes, mais… c’est assez maigre.
L’autrice a placé dans l’histoire une révélation que j’ai trouvé très intéressante (je parle du sang de Sookie), mais qui à mon goût est totalement sous-exploitée, noyée dans une masse de futilité.
A côté de cela, la Reine des vampires, puisque le focus est fait sur elle, est assez peu mise en valeur. A la fin de la lecture, je me souviens surtout d’un dialogue assez barbant dans lequel ladite reine s’épanche sur son passé.
Cela ne fait guère avancer les choses, au point que quelques jours après, j’ai totalement oublié le contenu de ce dialogue.
Ce tome numéro 6 n’est clairement pas le meilleur de la série. Sookie se trouve un nouveau petit ami et c’est la seule chose un peu pimentée du roman. Pour le reste, il ne se passe que des choses superficielles, secondaires, et lorsque le roman se termine, l’histoire générale n’a pas beaucoup plus avancé.
Un coup pour rien ?
Pas tout à fait, parce qu’il faut bien qu’il se page quelque chose. On sent arriver un triangle amoureux dans le tome suivant, et dans celui-ci, on apprend une information importante, comme je le disais plus haut. Cette information aura forcément des répercussions plus tard, et explique déjà certaines choses un peu grosses des tomes précédents. A mon avis, l’autrice a ajouté cet élément pour redonner du souffle à une série qui peinait à retrouver de l’intérêt à ce moment-là. Cela rend la suite intéressante. Certains personnages font leur apparition ou voient leur rôle renforcé, ce qui est une bonne chose et donne un souffle de fraicheur. Malgré cela, l’ambiance globale est plutôt plate et ne décolle pas vraiment. Il s’agit d’un tome de transition, après tout nous en sommes presque à la moitié de la série et cela se sent.
J’espère que la suite sera plus punchy, retrouvera un intérêt comme dans les premiers tomes. Et pour cela, la seule façon de le savoir sera de lire le suivant.

A noter que j’ai été gênée par le changement de traduction. En effet, il semble que j’ai eu un ouvrage avec une première traduction, si bien que plusieurs noms ont été complètement modifiés. J’ai eu du mal à comprendre, au début, avant de faire des recherches et de m’apercevoir que j’avais une ancienne traduction avec des personnages qui n’ont pas du tout le même nom. Il faut suivre ! Et je trouve que J’ai Lu n’a pas assez bien indiqué la différence. J’ai acheté la série de manière disparate et je lis beaucoup de formats et de traductions différentes avec une présentation similaire. Je me suis un peu sentie flouée.

Pour qui : les lecteurs qui ont lu les précédents tomes, ceux qui ont envie d’une lecture légère et sans prise de tête.

Les + : on se replonge avec délice dans l’univers créé par Charlaine Harris. Une révélation intéressante laisse penser que la suite sera mouvementée.

Les – : l’ambiance est globalement plate, l’intrigue n’avance pas beaucoup et on en revient presque au point de départ une fois le roman terminé. Il ne restera pas dans les mémoires.

Infos pratiques
Poche : 409 pages
Editeur : J’ai lu (28 octobre 2009)
Collection : SEMI-POCHE
Langue : Français
ISBN-10: 2290019542
ISBN-13: 978-2290019542

« Entrées précédentes Derniers articles »