Archives des étiquettes : Jay Bonansinga

The Walking Dead 7, Cherche et tue, de Jay Bonansinga et Robert Kirkman

Cherche et Tue, de Jay Bonansinga et Robert Kirkman (tome 7 de la série The Walking Dead, éditions Le Livre de Poche)

Lilly Caul a pris la tête de sa communauté bon gré mal gré et l’équilibre précaire semble tenir au jour le jour. Les survivants construisent et se reconstruisent avec de grands projets pour l’avenir, comme celui, pour commencer, de relier les grandes villes entre elles par un chemin de fer. Un projet qui permettrait à la population de faire revenir le progrès dans un monde déserté par l’humanité.
Au milieu de ce cadre à priori bien installé, d’horribles meurtres sont perpétrés. La communauté subit une attaque d’envergure de la part d’ennemis inconnus, qui vont jusqu’à kidnapper les enfants. Pour quoi faire ? Lilly enrage.
A tel point qu’elle n’a plus qu’une seule idée en tête : retrouver les coupables et les tuer.

On pourrait se demander ce qu’il y a encore à raconter sur l’univers de Walking Dead au bout de sept tomes, et pourtant Jay Bonansinga trouve toujours.
Ce nouvel opus s’inscrit dans la suite de la série et reprend sur le papier le concept des comics : un arc narratif par roman, le tout dans une grande histoire globale. Ici : la vie de Lilly Caul et plus précisément de la communauté de Woodbury.
Si j’avais commencé la série avec L’ascension du Gouverneur et un goût de déjà lu, il ne s’est plus reproduit ici. Je trouve la série passionnante avec son personnage féminin fort et faillible. Jay Bonansinga s’est peu à peu émancipé des codes du comic et de la série dont il parvient sans peine à nous faire oublier les principaux protagonistes. Ici, Lilly fait partie intégrante de l’univers et j’adorerais la voir évoluer à l’écran. C’est une héroïne comme on en voit peu et si, souvent, le sort lui est favorable (c’est peut-être le seul point à regretter dans ce tome), on a malgré tout peur pour elle et le reste des survivants.
D’ailleurs l’auteur ne fait de cadeau à personne. Le destin des uns et des autres peut basculer à tout moment et cet ouvrage ne fera pas exception. Les idées traitées ici sont innovantes : vols d’enfants, expériences scientifiques, folies… L’auteur a de l’imagination pour renouveler l’intrigue à chaque tome, donner du souffle, du rythme, de l’émotion… le tout avec un style fluide et graphique qui nous plonge au coeur de l’environnement post-apocalyptique de Robert Kirkman. Cette série de livres n’a pas à rougir de ses soeurs sur autres supports et la fan que je suis est ravie de ce portage textuel savamment réussi.
Comme toujours j’ai aimé et j’en redemande. Merci aux éditions du Livre de Poche de nous permettre de nous divertir avec ce média moins connu que celui du petit écran.

Pour qui : les lecteurs qui aiment l’univers de la série The Walking Dead, ainsi que les comics, ou les univers post-apocalyptiques et plein de zombies. Il n’est pas obligatoire d’avoir lu les précédents tomes pour apprécier celui-ci, même si les connaître est un plus.

Les + : Une histoire originale qui ne sent pas le déjà-lu, des personnages sympathiques, un vrai survival-horror et un renouvellement constant de l’intrigue. Le style est immersif et on est plongé au coeur du chaos du début à la fin.

Les – : Le sort est très indulgent avec l’héroïne, qui a énormément de chance.

Infos pratiques
Poche: 352 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (29 mars 2017)
Collection : Fantastique
Langue : Français
ISBN-10: 2253083208
ISBN-13: 978-2253083207

Publicités

Invasion, de Jay Bonansinga

invasion

Invasion, de Jay Bonansinga (tome 6 de la série The Walking Dead, éditions Le Livre de Poche)

Après leur fuite de Woodbury, Lilly Caul et les siens se sont réfugiés dans les galeries souterraines. Mais la vie y est difficile autant pour les corps que pour les esprits, et Lilly entend bien reprendre rapidement la ville, actuellement occupée par une impressionnante horde de zombies.
Or, Jérémiah Garlitz, le prédicateur fou, n’en a pas non plus fini avec ses grands projets. Nourrir sa vangeance lui donne bien des idées, que la fameuse horde de zombies pourrait bien alimenter.

Une nouvelle histoire efficace mise sur pied par Jay Bonansinga. L’univers créé par l’auteur se rapproche d’une fan fiction mais le respect de l’ambiance de la série originale est exceptionnel. Encore une fois, j’ai beaucoup aimé la lecture de ce roman. Il faut dire que j’apprécie Lilly Caul et tout ce qui tourne autour, peut-être même plus que les péripéties de ses homologues sur petit écran.
Là où la série tend à s’essouffler (c’est un avis purement personnel), les romans de Jay Bonansinga montrent qu’il est encore possible d’innover, et que l’univers créé par Robert Kirkman est encore riche et plein de potentiel.
Si Bonansinga a peiné à trouver son rythme de croisière, oscillant entre la destinée du macchiavélique Gouverneur, puis de l’intrépide Lilly, il semble avoir définitivement trouvé sa voie dans ce dernier personnage.
La série de romans est bel et bien centrée sur le personnage féminin, ce qui est d’autant plus rare qu’appréciable.
Ce sixième opus est riche en rebondissements et on ne s’ennuie pas une seconde. Fidèle à l’ambiance d’origine, l’ascenseur émotionnel est aussi présent qu’efficace, si bien qu’on assiste à des scènes d’anthologie (une scène d’amputation rappelle une scène de la série, mais une scène de moissonneuse batteuse pourrait tout à fait se voir transposée à l’écran). La seule chose où j’ai moins adhéré est la facilité de certains personnages à changer de camp sans se poser de questions. C’est peut-être un peu brutal et aurait mérité davantage d’approfondissement.
Le style est toujours le même, c’est-à-dire écrit à la troisième personne du singulier et au présent, mais il m’a semblé que cela était mieux amené que dans les précédents épisodes, si bien que cela ne m’a pas choqué. Je n’ai pas eu besoin de me plonger dans le livre car j’y suis entrée dès les premières lignes.
En revanche, certaines phrases souffrent de longueurs. J’ai par exemple trouvé une phrase de 7 lignes, ce qui donne des lourdeurs stylistiques, mais je pense que cela est plutôt dû à la traduction.
Cet ouvrage peut se lire indépendamment des autres, et se dévore avec autant de plaisir.

Pour qui : Les lecteurs qui aiment les histoires de zombies et l’ambiance de Walking Dead.

Les + : Une ambiance bien travaillée, qui nous plonge dès les premières lignes dans l’univers de la série, des personnages toujours aussi intéressants, une intrigue riche en rebondissements et un univers au potentiel riche et bien exploité. La série sait se renouveler dans les romans.

Les – : Quelques phrases longues qui alourdissent le récit, probablement dû à la traduction.

Infos pratiques
Broché: 352 pages
Editeur : Le Livre de Poche (23 mars 2016)
Collection : Fantastique
Langue : Français
ISBN-10: 2253183989
ISBN-13: 978-2253183983

« Entrées précédentes