Archives des étiquettes : loup garou

Une mort certaine, de Charlaine Harris – la communauté du sud 10

Une mort certaine, de Charlaine Harris (tome 10 de la série La Communauté du Sud, éditions J’ai Lu)

La grande révélation des hybrides a eu lieu et le monde accepte doucement ce fait. Pourtant, de nombreuses autres créatures rôdent dans l’ombre et ne semblent pas prête à se révéler.
Un jour, Sookie a la surprise de trouver son cousin Claude devant chez elle. Celui-ci vient lui demander de l’héberger car il se sent seul. Une demande étrange, mais justifiée par le sang faé qui coule dans les veines de la jeune serveuse.
Puis c’est au tour de la meute de loups-garous de venir demander l’hébergement sur le terrain de la télépathe. La pleine Lune approche et des phénomènes étrangent se produisent. Voilà que des inconnus ont été repérés sur un terrain pas loin de chez Sookie, et qu’on y a même senti un nouveau cadavre.
Alors, quand le créateur d’Éric, Ocella, débarque à son tour, s’en est trop. Sookie sait que les choses vont mal tourner.
Et comme toujours, elle n’a pas tort.

Un tome 10 dont il va être assez compliqué pour moi de vous faire une chronique détaillée. En effet, pour être honnête, il ne se passe rien dans ce tome. Ou si peu que je l’ai déjà oublié.
L’histoire globale ne progresse pas vraiment et se concentre autour des romances du livre. Sookie passe son temps à faire des allers/retours entre sa maison et celles de ses voisins. On y apprend que Bill est très mal en point, et que sa relation avec Éric devient sérieuse. Il semble que la télépathe a enfin fait son choix et s’y tiendra.
Ainsi, le roman nous raconte comment Sookie règle les petits bobos à droite à gauche, et écoute les états-d’âme des uns et des autres (y compris de ceux qui n’en ont plus).
Le livre est comme toujours plaisant à lire, parfait pour les vacances. Mais il est aussi insipide et sans beaucoup d’intérêt. Je me demande même si on ne pourrait pas directement sauter au tome suivant (en espérant qu’il ne soit pas du même genre) sans rien perdre de l’histoire.
Il n’y a qu’un seul évènement marquant dans le roman et on le voit venir depuis le début, si bien qu’il n’y a pas de surprise quand la fin arrive.
Pas évident de trouver encore des choses à dire au bout de dix tomes. Pourtant les personnages ont du potentiel, mais ce qui était au départ une série de Bit-Lit s’est transformé en un soap opéra basique qui n’a, pour le coup, pas fait battre mon coeur.
Charlaine Harris a introduit deux personnages dont le charisme n’est pas celui qu’il aurait dû être (cela faisait longtemps que je n’avais pas croisé le tsarévitch dans une histoire et j’avoue ne pas avoir été très convaincue par cette interprétation. Je l’avais été bien plus dans Léviathan de Scott Westerfeld).
J’ai conscience que cette chronique ne dit pas grand chose, mais je vous assure qu’il n’y a pas grand chose à dire non plus sur ce tome. Contrairement au précédent, Bel et bien mort, ce tome est plat et donne l’impression d’un tome transitoire, où l’autrice a pratiqué le remplissage.
Un tome à oublier rapidement pour passer au suivant.

Pour qui : les lecteurs qui ont lu les précédents tomes.

Les + : il est toujours agréable de se plonger dans une histoire de Sookie Stackhouse, le style toujours aussi léger et fluide lit agréablement bien pour les vacances ou entre deux romans plus lourds.

Les – : un tome dans lequel il ne se passe rien ou presque, les quelques rebondissements étant attendus et n’apportant pas grand chose à l’histoire.

Infos pratiques
Poche: 413 pages
Editeur : J’ai lu (10 novembre 2010)
Collection : SEMI-POCHE
Langue : Français
ISBN-10: 229002502X
ISBN-13: 978-2290025024

Pire que la mort, de Charlaine Harris – La Communauté du Sud 8

Pire que la mort, de Charlaine Harris (tome 8 de la série La Communauté du Sud, éditions J’ai Lu)

Le monde des humains ordinaires est décidément bien plus calme que celui des surnaturels. Sookie en fera encore l’expérience.
Sans nouvelles de Quinn, le coeur de la jeune serveuse est en miette, un peu comme la région après le passage de l’ouragan Katrina. Mais les derniers évènements ont fait plus que détruire des bâtiments et des villes : l’ouragan a également laissé des places vacantes dans la hiérarchies des créatures surnaturelles. Royaumes affaiblis, territoires à la dérives, les créatures surnaturelles essaient tant bien que mal de se reconstruire.
Et devinez qui va se retrouver au carrefour de toutes les volontés bien malgré elle ?

Je dois avouer que j’ai eu un peu de mal à rédiger un résumé pour ce tome 8. En effet, si j’ai pris plaisir à le lire, je suis obligée de reconnaître qu’il ne s’y passe pas grand chose. En fait, il s’y passe plein de petites choses, le tout dans un seul ouvrage sans grand arc narratif.
Contrairement à certaines tomes (comme le 6ème, La Reine des Vampires), Charlaine Harris ne fait pas du remplissage. Elle nous parle du quotidien toujours très chaotique de son héroïne, et va donc de mariage en bataille sanglante, de disparition en retrouvailles, d’amours perdus en amour retrouvé.
Plein de petites pièces de puzzles dont on pressent qu’elles préparent le tome suivant, un peu comme si l’auteur écrivait son roman les yeux rivés sur l’horizon. Elle est là, mais déjà plus vraiment. Elle est déjà dans le coup d’après.
Certains lecteurs pourront penser à raison que cet ouvrage est « un tome pour rien ». Oui et non, car comme souvent il vaut la peine d’être lu pour au moins une ou deux petites choses qui font réellement avancer l’histoire.
Ici, il s’agit de l’introduction de deux personnages complètement inattendus dans la vie de Sookie. Certains sortent de sa vie quand d’autres y entrent, tels des pieds sur un échiquier.
Cela laisse présager une suite intéressante dans laquelle j’ai déjà hâte de me plonger.
Car oui, au fil du temps, j’ai appris à apprécier Sookie. Ses aventures rocambolesques me la rendent enfin un peu plus supportable. Au moins a-t-elle arrêté de subir à tout bout de champ et de se retrouver blessée à chaque fin de livre. J’ai l’impression, même minime, que l’auteur a enfin rendu son héroïne un peu plus maîtresse de son destin et je ne peux qu’apprécier.
L’histoire progresse, même si, s’agissant d’une série, j’ai l’impression qu’elle pourrait encore durer une éternité tant il n’y a pas vraiment d’arc narratif.
Finalement, la seule question qui m’a tenue est : Sookie va-t-elle enfin se remettre avec Bill ?
J’ai l’impression que c’est le seul enjeu de la série, le reste n’est qu’aléatoire.
Aussi, je me suis interrogée sur le choix du titre, qui ne signifie rien et n’a pas de lien avec l’histoire. Il fallait caser le mot « mort » dans tous les titres à partir de celui-ci, apparemment, donc on va le retrouver dans les titres suivants mais cela ne fait pas du tout sens avec le récit. Un peu comme l’illustration de couverture, ce que je trouve dommage.
Un tome que j’ai lu rapidement pour m’être plongé dans ce style toujours léger.

Pour qui : les lecteurs qui ont lu les tomes précédents car il y a beaucoup de personnages et aucun rappel en début ou en fin d’ouvrage, les lecteurs qui cherchent un roman divertissant et léger, sentimental.

Les + : une écriture légère et fluide, une héroïne qui prend davantage son destin en main, des petites avancées intéressantes qui laissent imaginer un prochain tome tout aussi intéressant

Les – : il n’y a pas vraiment d’arc narratif et on enchaîne les micro-péripéties, j’ai du mal à comprendre les choix de titres et couvertures car ils n’illustrent ni n’apportent rien du tout au récit.

Infos pratiques
Poche: 442 pages
Editeur : J’ai lu (25 novembre 2009)
Collection : SEMI-POCHE
Langue : Français
ISBN-10: 2290015059
ISBN-13: 978-2290015056

« Entrées précédentes