Archives des étiquettes : loup garou

Pire que la mort, de Charlaine Harris – La Communauté du Sud 8

Pire que la mort, de Charlaine Harris (tome 8 de la série La Communauté du Sud, éditions J’ai Lu)

Le monde des humains ordinaires est décidément bien plus calme que celui des surnaturels. Sookie en fera encore l’expérience.
Sans nouvelles de Quinn, le coeur de la jeune serveuse est en miette, un peu comme la région après le passage de l’ouragan Katrina. Mais les derniers évènements ont fait plus que détruire des bâtiments et des villes : l’ouragan a également laissé des places vacantes dans la hiérarchies des créatures surnaturelles. Royaumes affaiblis, territoires à la dérives, les créatures surnaturelles essaient tant bien que mal de se reconstruire.
Et devinez qui va se retrouver au carrefour de toutes les volontés bien malgré elle ?

Je dois avouer que j’ai eu un peu de mal à rédiger un résumé pour ce tome 8. En effet, si j’ai pris plaisir à le lire, je suis obligée de reconnaître qu’il ne s’y passe pas grand chose. En fait, il s’y passe plein de petites choses, le tout dans un seul ouvrage sans grand arc narratif.
Contrairement à certaines tomes (comme le 6ème, La Reine des Vampires), Charlaine Harris ne fait pas du remplissage. Elle nous parle du quotidien toujours très chaotique de son héroïne, et va donc de mariage en bataille sanglante, de disparition en retrouvailles, d’amours perdus en amour retrouvé.
Plein de petites pièces de puzzles dont on pressent qu’elles préparent le tome suivant, un peu comme si l’auteur écrivait son roman les yeux rivés sur l’horizon. Elle est là, mais déjà plus vraiment. Elle est déjà dans le coup d’après.
Certains lecteurs pourront penser à raison que cet ouvrage est « un tome pour rien ». Oui et non, car comme souvent il vaut la peine d’être lu pour au moins une ou deux petites choses qui font réellement avancer l’histoire.
Ici, il s’agit de l’introduction de deux personnages complètement inattendus dans la vie de Sookie. Certains sortent de sa vie quand d’autres y entrent, tels des pieds sur un échiquier.
Cela laisse présager une suite intéressante dans laquelle j’ai déjà hâte de me plonger.
Car oui, au fil du temps, j’ai appris à apprécier Sookie. Ses aventures rocambolesques me la rendent enfin un peu plus supportable. Au moins a-t-elle arrêté de subir à tout bout de champ et de se retrouver blessée à chaque fin de livre. J’ai l’impression, même minime, que l’auteur a enfin rendu son héroïne un peu plus maîtresse de son destin et je ne peux qu’apprécier.
L’histoire progresse, même si, s’agissant d’une série, j’ai l’impression qu’elle pourrait encore durer une éternité tant il n’y a pas vraiment d’arc narratif.
Finalement, la seule question qui m’a tenue est : Sookie va-t-elle enfin se remettre avec Bill ?
J’ai l’impression que c’est le seul enjeu de la série, le reste n’est qu’aléatoire.
Aussi, je me suis interrogée sur le choix du titre, qui ne signifie rien et n’a pas de lien avec l’histoire. Il fallait caser le mot « mort » dans tous les titres à partir de celui-ci, apparemment, donc on va le retrouver dans les titres suivants mais cela ne fait pas du tout sens avec le récit. Un peu comme l’illustration de couverture, ce que je trouve dommage.
Un tome que j’ai lu rapidement pour m’être plongé dans ce style toujours léger.

Pour qui : les lecteurs qui ont lu les tomes précédents car il y a beaucoup de personnages et aucun rappel en début ou en fin d’ouvrage, les lecteurs qui cherchent un roman divertissant et léger, sentimental.

Les + : une écriture légère et fluide, une héroïne qui prend davantage son destin en main, des petites avancées intéressantes qui laissent imaginer un prochain tome tout aussi intéressant

Les – : il n’y a pas vraiment d’arc narratif et on enchaîne les micro-péripéties, j’ai du mal à comprendre les choix de titres et couvertures car ils n’illustrent ni n’apportent rien du tout au récit.

Infos pratiques
Poche: 442 pages
Editeur : J’ai lu (25 novembre 2009)
Collection : SEMI-POCHE
Langue : Français
ISBN-10: 2290015059
ISBN-13: 978-2290015056

Publicités

Vertige, de Sophie Jomain – Les Etoiles de Noss Head tome 1

Vertige, de Sophie Jomain (tome 1 de la série Les Etoiles de Noss Head, éditions J’ai Lu)

Hannah vient passer les vacances à Wick, en Irlande, avec sa famille. La jeune fille, qui fêtera ses 18 ans dans le petit village loin de tout, n’est pas enchantée à cette idée.
Pourtant, une fois sur place, son quotidien va être bouleversé. Alors qu’elle retrouve son ami Davis, elle fera également la connaissance du mystérieux Leith. Attirée par le goût de l’interdit, la jeune fille connaîtra le tumulte des sentiments ressentis mais aussi provoqués. Pour le meilleur et pour le pire.

Je me suis intéressée à cette série lors du salon du vampire en 2016, parce que l’autrice était en dédicace et a provoqué un mouvement de foule assez impressionnant lors de son passage. Poussée par la curiosité, et aussi par l’agréable couverture, j’ai acheté ce premier tome d’une série qui en compte 5 pour me faire un avis sur le phénomène.
Il faut avouer qu’une fois la lecture terminée, j’ai été déçue. Très déçue. Ce que j’ai vu de mes yeux m’a fait espérer bien mieux que ce que j’ai lu dans l’ouvrage.
Au point que je ne sais pas vraiment pas où commencer. Par le plus simple, peut-être : tout est cliché dans ce roman. On sent que Twilight est passé par là (l’ouvrage est initialement sorti aux éditions Rebelle en 2012) et que l’autrice a voulu surfer sur la vague. On trouve dans ce roman un triangle amoureux au centre duquel se tient Hannah, une adolescente naïve qui va découvrir que son monde est peuplé de créatures malfaisantes. Et deux hommes prêts à tout pour la conquérir. L’un par le coeur, l’autre par la force.
Sophie Jomain a pris le parti des loups-garous au lieu des vampires (du moins dans ce premier tome car il me semble avoir compris qu’ils arriveront dans les suivants), mais pour le reste tout y est. Je n’ai absolument pas adhéré aux personnages ni à l’histoire.
Hannah a tout de l’ado tête à claques, l’écriture convenue nous fait voir le pot aux roses bien avant elle et c’est exaspérant de constater qu’elle est si aveugle. De même, tout le monde semble amoureux d’elle mais on ne comprend pas pourquoi. Qu’a Hannah de plus que les autres ? Rien du tout. Elle n’a aucun pouvoir ni compétence particulier. Cela pourrait être n’importe qui sauf elle. Mais voilà, il fallait bien écrire quelque chose alors c’est tombé sur elle.
Les personnages masculins qui gravitent autour imposent leur volonté à cette jeune fille qui subi l’histoire de bout en bout. Là encore, j’ai passé l’âge d’accepter ce genre de scénario vu et revu, que j’aurais peut-être trouvé romantique à une époque mais qui ne l’est plus du tout maintenant que je suis une adulte du 21ème siècle. Les déclarations d’amour éternel au bout d’une semaine à peine (rencontre comprise) me laissent de marbre, les effets théâtraux quand on a 17 ans également. Cela rend même certaines scènes assez comiques lorsqu’on les imagines vraiment.
Sincèrement, les personnages sont dans la caricature assez poussée. Tout le monde est beau, musclé, et l’ensemble manque cruellement de finesse. Dire que je me suis ennuyée à la lecture n’est pas loin de la vérité.
Je suis vraiment déçue car je recherchais ce type de littérature Young Adult, j’avais envie d’en lire au moment où j’ai choisi cet ouvrage, mais il n’a pas été à la hauteur. Les différents éléments mis en oeuvre dans ce titre sont grossiers, cousus de fil blanc (que dis-je, le « fil » est si gros que ç’en est une corde), les personnages clichés et peu convaincants, le scénario sans originalité.
Du lu et relu, je sais d’ores et déjà que je ne poursuivrai pas ma lecture de cette série.
Dommage, ça partait bien.
L’environnement manque également de profondeur. L’histoire se déroule en Écosse, dans une petite ville portuaire des Highlands. Pour autant je n’ai pas senti de climat particulier ou d’atmosphère comme c’est souvent le cas pour les histoires se déroulant dans ce décors. Là encore, il y aurait eu des choses à creuser mais on reste en surface. Cela pourrait se passer n’importe où sans que cela n’impacte le scénario.
A la suite de cette déception, je me suis rendue sur internet pour lire les autres avis et voir si je n’étais pas passée à côté d’une pépite. Vu les commentaires, j’ai l’impression que si. Ou bien ne suis-je plus la cible, avec mes 28 ans et mes centaines de livres lus ? Peut-être suis-je simplement trop vieille ou trop blasée ? Je ne saurais dire.
L’écriture en elle-même n’étant pas mauvaise, je renouvellerai sans doute l’expérience avec un autre titre de cette autrice, pour me faire un véritable avis et ne pas rester sur une mauvaise impression. En attendant, Les Étoiles de Noss Head ne sont pas pour moi.

Pour qui : les lecteurs qui recherchent une lecture légère et pas forcément originale, ceux qui aiment les histoires adolescentes, les triangles amoureux, les loups-garous.

Les + : une lecture légère, idéale pour un week-end pluvieux au calme. Un style facile à lire.

Les – : aucune originalité, une héroïne qui n’a rien de spécial et à qui on a envie de donner des claques tant elle est naïve et aveugle, les personnages masculins qui imposent leur volonté au point de devenir carrément inquiétants, les ficelles du scénario clairement visibles et qui ne surprennent plus les lecteurs aguerris.

Infos pratiques
Poche: 320 pages
Editeur : J’AI LU – LIBRIO (4 octobre 2014)
Collection : J’ai lu jeunesse
Langue : Français
ISBN-10: 2290082147
ISBN-13: 978-2290082140

« Entrées précédentes