Archives des étiquettes : mainak dhar

Qu’on leur coupe la tête – Alice aux pays des morts-vivants 3, de Mainak Dhar

Qu’on leur coupe la tête, de Mainak Dhar (tome 3 de la série Alice aux pays des morts-vivants, Fleuve Editions)

Et si on revenait en arrière, là où tout à commencé ? C’est ce que propose ce troisième opus, préquelle aux deux ouvrages précédents.

S’il est curieux de trouver une préquelle en tome 3 d’une série de romans, celle-ci propose un point de vue intéressant sur les origines des personnages que l’on connait.
Nous retrouvons ainsi aux manettes le docteur Protima et ce sur quoi elle travaillait avant le début de l’épidémie. A l’époque du récit, Alice n’est pas encore née et le roman débute dans un monde encore identique à celui dans lequel nous vivons.
Mainak Dhar s’attarde ici à nous présenter le monde dans son basculement, ces quelques heures durant lesquelles le destin de l’humanité passe de la normalité au tragique, où les êtres doivent se transcender, se révéler, pour devenir ceux que nous connaissons dans Alice au pays des morts-vivants et De l’autre côté du mouroir. Il nous explique aussi les origines de l’épidémie et le climat mondial au moment des faits. On y découvre donc un monde sombre où la guerre est présente partout, chaude et froide, prenant en otage les populations civiles.
La lecture est aussi prenante que dans les précédents tomes. Mainak Dhar a une écriture fluide et visuelle, émouvante pour ses personnages et le lecteur. On s’attache facilement aux protagonistes, même si je trouve personnellement que l’auteur parvient à traiter ses personnages féminins avec plus de finesse que ses personnages masculins. Ces derniers sont plus classiques, plus brutes, moins nuancés.
Le bémol à noter sur ce titre est similaire aux précédents : la rapidité temporelle du récit. Les événements se déroule de manière très rapide, trop, si bien que je me suis plusieurs fois fait la remarque que les gouvernements sont susceptibles, car ils lancent des assauts nucléaires en deux lignes. J’aurais apprécié que le temps s’écoule plus longuement et qu’on soit moins dans un style descriptif/passif, mais plus dans l’action active. En effet, le récit nous est raconté a posteriori et cela freine la gravité et la longueur des actions. Peut-être suis-je gourmande mais cela ne m’aurait pas déplu que le texte fasse plus de pages pour installer l’univers et la tragédie.
En résumé ce tome 3 est plutôt un premier tome introductif et intéressant pour cette série qui revisite le concept de « pays des merveilles ».

Lien vers la fiche sur le site de l’éditeur.

Pour qui : les lecteurs qui aiment les histoires de zombies et les textes courts.

Les + : un parti pris intéressant et un scénario cohérent avec le reste de la série. Un style visuel et fluide, des personnages attachants et émouvants.

Les – : Les faits se déroulent trop vites pour qu’on s’immerge dedans complètement.

Infos pratiques
Date de parution : 11/05/2017
Collection : Rendez-Vous Ailleurs
EAN : 978-2265114494
ISBN : 2265114499
Nombre de pages : 160

Publicités

De l’autre côté du mouroir, de Mainak Dhar

de-lautre-cote-du-mouroir

De l’autre côté du mouroir, de Mainak Dhar (tome 2 de la série Alice Au Pays des Morts-Vivants, Fleuve Editions)

Après deux ans de paix, le Pays des Merveilles est secoué par une terrible affaire : un groupe d’enfants a été sauvagement assassinés par des Mordeurs. Si la nature des tueurs ne fait aucun doute, Alice ne croit pas qu’il puisse s’agir de ses fidèles serviteurs.
Trop tard, cependant. La population accuse bien vite les Morts-Vivants d’Alice et commence à la rejeter pour se placer sous la protection bienveillance des Gardes Rouge.
Mais l’enfer n’est-il pas pavé de bonnes intentions ?

Après son premier tome assez classique pour le genre, Mainak Dhar nous propose une suite explosive ! Avec De L’autre Côté du Mouroir, l’auteur Indien revisite l’histoire du célèbre conte de Lewis Caroll à la sauce zombie et survoltée.
Ici l’intrigue se déroule dans un court laps de temps, donnant à voir la vision anxieuse du peuple indien face au peuple chinois.
Car en effet, contrairement à la majorité des oeuvres de fiction traitant de la rivalité « USA vs Russie/Europe/Extra-Terrestres », ici on a un concept inédit « Inde vs Chine ». C’est ce qui est intéressant quand on lit des auteurs étrangers ancrés dans leur culture.
Ainsi, on sent un certain parti pris par l’auteur pour dénoncer la main-mise chinoise, qui abreuve le pays d’objets divers de mauvaise qualité en échange d’un faux sentiment de sécurité.
L’ouvrage se teinte ainsi d’une couleur plus politique, où l’on sent entre les lignes les idées de l’auteur. Le récit devient alors l’illustration de ce qui pourrait se produire si un peuple décidait d’abandonner sa liberté en échange d’un confort relatif.
En outre, ces 206 pages sont une succession de scènes d’actions. Alice fait tout pour défendre son Pays des Merveilles des envahisseurs, à l’instar des irréductibles gaulois. Mainak Dhar a une écriture vive, intense, et l’on ne s’ennuie pas une seconde. Sa Alice a tout d’une « Prospero » (Resident Evil), mutante survoltée et souple aux idées de liberté bien affirmées.
Ce seconde tome est plus puissant, moins linéaire, digne d’un film d’action.
Ce que je regrette, c’est que le personnage de la Reine Rouge soit si peu présent. Alors que je m’attendais à une adversaire de la trempe d’Alice, comme nous le laisse penser la couverture (qui présente curieusement une femme de type européen alors qu’elle est asiatique), force m’a été de constater que non. Elle est souvent en retrait, n’apparaît que par intermittence sur de courtes périodes, et on sent vite qu’elle est aveuglée de mensonges. Ainsi son personnage n’est pas vraiment crédible, et il ne fait peur à aucun moment. L’affrontement final, qui survient à la manière d’un film d’action américain, ne m’a pas fait autant vibrer qu’il aurait dû. Je m’attendais à avoir peur mais non car le personnage de la Reine Rouge n’impressionne pas.
A part cela, cette suite se termine sur une note d’espoirs et je suis vraiment curieuse de lire la suite de la série car j’apprécie beaucoup Alice. Je ne dévoilerai pas l’intrigue pour ne pas vous gâcher la surprise mais si comme moi vous êtes curieu(se)x, vous ne pourrez qu’espérer que la suite arrivera rapidement.
Mainak Dhar est pour moi un auteur à suivre pour sa vision originale dans notre paysage littéraire européen et la qualité de son écriture. J’espère avoir l’occasion de lire d’autres romans de sa main.

Pour qui : Il n’est pas obligatoire d’avoir lu le premier tome d’Alice Au Pays des Morts-Vivants pour le comprendre, mais il est quand même conseillé de l’avoir lu au préalable vu qu’il s’agit d’une suite. Les lecteurs qui aiment les histories de zombies et cherchent de l’originalité, et ceux qui aiment les livres d’action.

Les + : Une écriture vive et haletante, un roman plus politique que le premier et avec un message sous-jacent qui fait réfléchir.

Les – : L’exploitation de la Reine-Rouge qui est largement inférieure à ce à quoi on s’attend en voyant la couverture, le personnage manque de charisme et on ne tremble jamais pour Alice, cet alter-ego maléfique n’est pas à la hauteur. La couverture qui représente deux femmes de type « caucasien » alors que la Reine Rouge est asiatique.

Infos pratiques
Broché: 208 pages
Editeur : Fleuve éditions (10 novembre 2016)
Collection : Rendez-vous ailleurs
Langue : Français
ISBN-10: 2265114480
ISBN-13: 978-2265114487
Dimensions du produit: 14 x 2 x 21 cm

Voir la fiche de « De l’autre côté du mouroir » sur le site de l’éditeur.

« Entrées précédentes