Archives des étiquettes : phèdre

La grâce de Kushiel, Imriel T3

La grâce de Kushiel, de Jacqueline Carey (tome 3 de la trilogie Imriel)

Imriel et Sidonie ont enfin décidé d’afficher leur amour au grand jour. Mais la reine Ysandre, farouchement opposé au mariage des deux amants, consent à leur céder cette faveur à une seule condition : qu’Imriel retrouve sa mère, la traîtraisse Mélisande Sharizai, pour l’amener devant le peuple et la condamner à mort.
Avant son départ et alors qu’il s’est résolu au terrible châtiment réservé à sa mère, une délégation venue d’un pays lointain se rend à la Ville pour y rencontrer la famille royale.
Lors d’une éclipse, Imriel est victime d’une agression très violente. A son réveil, il ne reconnaît plus les siens. Tous semblent dire que le jeune homme est devenu fou. Pire, Sidonie est partie épouser un autre homme, dont elle est amoureuse, sans aucun souvenirs d’Imriel.
A-t-il rêvé toute sa vie ?
Le prince comprend rapidement qu’il est le dernier à se rappeler de la vérité, et qu’il va devoir se battre pour faire revenir à la raison les gens du royaume, s’il veut sauver son peuple et son couple. Bientôt, une terrible question le traverse : Et si sa mère était la clé ?

ROMAN COUP DE COEUR

Ultime conclusion pour cette trilogie ainsi que pour la série de romans de Jacqueline Carey traduits en français. Il faut dire qu’après Kushiel, Imriel est la seule trilogie à prendre véritablement la suite. Il n’y en a plus d’autre après. C’est donc avec une pointe de regret que j’ai entamé ce titre, dont mon rythme de lecture s’étale à 1 par an depuis 6 ans. Six ans que je passais chaque été avec les personnages de Jacqueline Carey, c’est dire si je m’y suis attachée, depuis.
Pour cette dernière, le roman a été à la hauteur. Une fois encore, je me suis replongée avec délice dans cet univers épais, fantasy, romantique et tellement émouvant.
Bien que je mette un an entre chaque tome, les personnages sont si bien installés, réinstallés en début de livre, que je ne me suis jamais perdue.
On a avec ce titre la conclusion d’une histoire plus grande qu’un seule tome. C’est toute la trilogie qui se termine ici. Comme j’aurais aimé pouvoir suivre les vies de chacun des protagonistes encore et encore, sur les générations suivantes, et ainsi de suite. Ne plus jamais en sortir !
L’écriture de Jacqueline Carey est si émouvante, si belle, si gracieuse… et les intrigues menées, bien que moins complexes que dans Kushiel, se révèlent prenantes. Je me demandais vraiment comment tout cela allait se terminer. J’ai eu peur, j’ai éprouvé de la joie, j’ai souris… et je me suis émue bien des fois.
J’ai d’ailleurs un peu de mal à rédiger cette chronique car une fois faite, tout sera terminé.
De tous les romans que j’ai lu depuis des années, ces deux trilogies font incontestablement parties de mes romans préférés. Ceux qui m’ont transportés, tout comme Feed, de Mira Grant, et m’ont fait vivre des moments rares et beaux.
Vous l’aurez compris, j’ai tout aimé dans ce livre, une fois encore. C’est un coup de coeur pour le titre et tout ce qu’il m’a fait vivre, mais aussi pour l’ensemble de l’oeuvre de Jacqueline Carey. J’aimerais tant pouvoir lire d’autres ouvrages, mais je ne lis qu’en français alors…
Imriel a tout d’un prince charmant et valeureux, dans la tradition des amours courtois. Ce roman est très médiéval dans son ambiance, et très fantasy aussi. On reconnait notre monde dans celui créé par l’autrice, mais avec un filtre de fantasy posé dessus. Ce n’est jamais vulgaire, toujours expliqué. Les paysages nous transportent, les dialogues sont travaillés, les personnages aussi.
Bref, je n’ai qu’un mot à vous dire : superbe.

Pour qui : les lecteurs qui ont lu les premiers tomes de la trilogie, ceux qui aiment la fantasy, les écrits épiques et beaux, émouvants, et les épopées.

Les + : La plume de Jacqueine Carey est toujours aussi belle, fluide, émouvante. L’histoire d’Imriel nous transporte, tout y est attachant, émouvant, rien n’est laissé au hasard.

Les – : Je n’en ai pas trouvé, c’est un coup de coeur.

Infos pratiques
Poche: 880 pages
Editeur : Bragelonne (26 août 2016)
Collection : FANTASY
Langue : Français
ISBN-10: 281121822X
ISBN-13: 978-2811218225

Publicités

L’Héritier de Kushiel, de Jacqueline Carey

imriel tome 1 l heritier de kushielL’Héritier de Kushiel, de Jacqueline Carey (tome 1 de la trilogie Imriel, éditions Milady)

Plus de 7 ans se sont écoulés depuis que Phèdre a adopté Imriel à la fin de ses aventures. Le garçon sera bientôt un homme, et l’heure est venue pour lui de découvrir la vérité sur ce qu’il est.
Une fabuleuse quête s’ouvre alors à lui : la quête de soi.

J’ai retrouvé avec bonheur dans ce pavé de 955 pages tout ce que j’aimais dans la trilogie Kushiel : l’écriture immersive de Jacqueline Carey imprégnée de fantasy médiévale, les références à des lieux existants (il suffit de regarder la carte en début d’ouvrage pour comprendre), les intrigues, les personnages que l’on a connu dans la première trilogie…
Cela a été un excellent moment de lecture que j’ai lu comme on sirote sa boisson préférée pendant les vacances. Je me suis plongée avec délice dans le premier tome de cette nouvelle trilogie centrée, comme vous l’aurez compris, autour du personnage d’Imriel, que l’on a découvert dans Kushiel.
Si le début est un peu poussif et que l’histoire met du temps à se mettre en place, on s’attache vraiment au héros et à ses acolytes.
Jacqueline Carey nous raconte ici la croissance d’un garçon qui va devoir apprendre à devenir un homme, avec tout ce que cela comporte de responsabilités et de dangers. Car Imriel est issu d’une lignée qui ne laisse pas indifférent. Il est victime malgré lui de sa mère, la traîtresse Mélisande Sharizhai. Cette destinée qu’il doit subir sera le fil conducteur du roman. Comment s’épanouir, se construire, faire ses propres choix lorsqu’on porte sur ses épaules un fardeau que votre famille vous a transmis ?
Je pense qu’il serait compliqué d’aborder cette trilogie sans avoir lu la première, car beaucoup d’éléments font échos à des faits de la première. Cela rend l’oeuvre encore plus riche, plus épaisse, mais risque de perdre les néophytes qui ne comprendraient pas toutes les subtilités ou les relations inter-personnages. L’émotion est toujours au coeur du roman et il serait compliqué de s’attacher aussi fortement aux personnages sans être au préalable entré dans leur vie et découvert leurs plus grands fardeau.
Ce que je reprocherais peut-être à ce premier tome, c’est l’omniprésence de Phèdre dans une trilogie qui ne lui est pas consacrée. Comme une actrice qui ne voudrait pas tirer sa révérence, elle est sur chaque plan, comme une ombre, ou donne la réplique dès qu’elle le peut. On sent que l’auteure est attachée à son héroïne mais j’espère qu’Imriel pourra prendre véritablement son envol dans la suite de la série et se détacher de ses liens pour enfin devenir celui qu’il souhaite être.

Pour qui : Pour les lecteurs qui ont déjà lu la trilogie Kushiel et veulent rester dans cet univers si émouvant et passionnant.

Les + : On retrouve toutes les forces de la première trilogie. L’ouvrage est extrêmement bien écrit, émouvant, les personnages sont attachants.

Les – : L’histoire est un peu poussive sur le départ, et peine à se détacher des grandes figures de la série précécente. De plus, les intrigues tissées dans ce premier tome sont un peu en-dessous de celles de Kushiel.

Infos pratiques
Illustrateur : Anne-Claire PAYET
Traducteur : Frédéric LE BERRE
Date de parution : 10/07/2015
ISBN : 9782811215118
Nombre de pages : 960

« Entrées précédentes