Archives des étiquettes : roland lévêque

Les Larmes de Titus, de Christian Eychloma

les larmes de titus

Les Larmes de Titus, de Christian Eychloma (One shot, éditions Chloé des Lys)

Alors que Roland Lévêque pensait être retourné tranquillement vivre en l’an 80 de notre ère, il se voit confier une importante mission par de curieux individus venus du futur : changer le cours de l’Histoire depuis le passé pour sauver l’avenir.
Si jusque là ses prédictions l’ont menées jusqu’à côtoyer l’empereur, Roland Lévêque, alias Aulus, va devoir répondre à des questions bien plus délicates. Si possible avant que l’empire ne sombre dans le chaos.
Nombreux sont ceux qui, dans l’ombre, convoitent la place de l’Empereur, et aimeraient voir mourir cet encombrant astrologue. Les larmes de Titus sonneront-elles le glas de l’Histoire ?
Comme indiqué au dos de l’ouvrage, Les Larmes de Titus est la suite de Mon Amour à Pompéi. J’ai été très heureuse d’apprendre qu’une suite allait être écrite, et encore plus de la recevoir, tant Mon Amour à Pompéi a été un coup de coeur.
C’est donc avec un immense plaisir que je me suis plongée dans ce nouveau roman, se déroulant cette fois à Rome. Il m’a fallu quelques pages pour me remettre complètement dans le bain, mais une fois parfaitement acclimatée, j’ai à nouveau aimé ce texte.
Ce n’est plus un secret que je suis particulièrement adepte de la plume et des textes de Christian Eychloma. Chacun de ses ouvrages est une invitation à la réflexion et au voyage.
Ainsi, dans Les Larmes de Titus, nous pouvons voyager dans la Rome antique, approcher des personnages grandioses et découvrir des théories scientifiques très intéressantes.
Tout ce que j’aime !
Je me suis régalée du début à la fin de ce livre qui me semble être le véritable début d’une série. J’espère en tout cas qu’il y aura encore une suite, car la fin le laisse fortement présager.
Pour en revenir à l’histoire, elle nous plonge à Rome, après la catastrophe de Pompéi. On est très vite au coeur de la ville et l’auteur possède des connaissances historiques pointues et immersives. Un petit regret cependant, c’est que les locutions latines ne sont pas traduites, si bien que quelques passages me sont restés étrangers (mes cours de latin remontent à loin). Une note de bas de page pour la traduction ne m’aurait pas dérangé.
En outre, Christian Eychloma reprend dans cette suite le concept des multivers, si brillamment développé dans le premier opus. Cependant, ici, l’idée est amenée de manière un peu plus brouillonne. Constamment sur le fil, j’ai eu peur que l’auteur ne se perde dans sa propre théorie et rende l’ensemble du livre incohérent. Je dirais qu’il y est parvenu in extremis, mais j’ai été un peu moins convaincue par ce développement que le premier, peut-être parce qu’ici les choses sont à un degré de complexité supérieur, ce qui nous amène à nous poser des questions elles-mêmes plus complexes (notamment au sujet des allers/retours dans les différentes branches temporelles, et les répercussions des éléments dans celles-ci).
Mis a part ces quelques points, on est très vite à Rome et c’est ce dépaysement qui m’avait séduite dans Mon Amour à Pompéi, et qui me séduit de nouveau avec Les Larmes de Titus.
En tant que lectrice égoïste, j’espère pouvoir avoir encore et encore des suites, avec d’autres grands personnages et des moins grands, avec des situations cocasses ou embarrassantes. A mon avis il y a encore beaucoup de choses à exploiter dans l’histoire riche créée par cet auteur prolifique.
Je ne suis vraiment pas déçue de cette suite et n’ai qu’une chose à dire : vivement la prochaine !

Pour qui : Les lecteurs qui ont aimé le premier tome même s’il n’est pas obligatoire de l’avoir lu pour lire celui-ci, les lecteurs en quête de dépaysement, ceux qui aiment mêler la science et l’histoire, le plaisir de la découverte et apprendre des choses en lisant.

Les + : Une plume parfaite qui nous transporte dès les premières pages au coeur de la Rome des empereurs, du Colisée et des Gladiateurs, des personnages attachants, variés et intéressants, une intrigue complexe mais originale, une suite dans la veine du premier.

Les – : Un scénario plus complexe qui peut perdre le lecteur, des locutions latines non traduites.

Infos pratiques
Pages : 296
Editeur : Chloe des Lys (17 décembre 2015)
ISBN-10: 2874598968
ISBN-13: 978-2874598968
Dimensions du produit: 12 x 15 x 21 cm

Publicités

Mon Amour à Pompéi, de Christian Eychloma

mon-amour-a-pompei

Mon Amour à Pompéi, de Christian Eychloma (one-shot, éditions Chloé des Lys)

Roman coup de coeur !

Un procès où tout semble concorder en défaveur de l’accusé pourrait ne pas éveiller les soupçons et pourtant… Une preuve vient contredire le schéma mis en place par l’accusation. Comment est-ce possible ? Un fait d’apparence inexplicable trouvera pourtant réponse 4 ans plus tard lorsqu’un prix Nobel frappera à la porte du juge d’instruction de l’affaire. Passionné par l’histoire et fasciné par un étrange portrait, Roland Lévêque ne va pas hésiter à donner de sa personne pour aller au-delà de toutes les croyances, là où une belle inconnue l’attend peut-être… Il en va de l’acquittement d’un potentiel innocent, mais aussi d’un amour millénaire…

Ce n’est pas peu dire que j’ai été emballée par cette lecture.
J’ai retrouvé ici la plume de Christian Eychloma, découverte il y a plusieurs mois lors de ma lecture de Que Le Diable nous Emporte. A l’époque, j’avais déjà insisté sur l’intelligence de son écriture et de ses histoires.
Moi qui aime les lectures de type « hard-fiction » pour leurs fondements scientifiques poussés, je suis ravie. Mon Amour à Pompéi développe la théorie d’un multivers dans lequel une infinité d’univers parallèles se développeraient à chacune des décisions que nous prenons dans notre vie de manière à ce que tout devienne possible. Le tout étant d’inventer un appareil pour pouvoir voyager sans risque à travers les différentes époques. La théorie est complexe mais l’auteur a réussi à la rendre accessible au lecteur par des explications claires. J’en suis très contente puisque la complexité était mon principal reproche dans la lecture du premier tome de Que Le Diable nous Emporte.
Le roman s’ouvre sur un procès très bien écrit de par son rythme et sa crédibilité. J’ai été accrochée immédiatement, happée par les dialogues et le décors si crédibles. Je me suis demandé quel rapport ce procès pouvait avoir avec Pompéi et pourtant… je n’ai pas été déçue de la réponse.
Le style d’écriture est intelligent, rythmé, les dialogues ne sont pas naïfs et sont bien adaptés aux personnages en dépit de quelques longueurs de phrases.
Toute la partie se déroulant à Pompéi a été un plaisir à lire, véritable voyage temporel. J’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir les péripéties d’un homme du XXIème siècle dans le 1er siècle après Jésus-Christ. Certaines choses m’ont semblées un peu faciles, comme la maîtrise du latin par le héros ou son histoire d’amour, mais dans l’ensemble on ne tombe jamais dans l’absurde ni le « trop gros ». Les multiples rebondissements m’ont tenus en haleine et j’ai eu l’impression que l’auteur s’est fait plaisir à pousser loin sa théorie du multivers.
Ce one-shot bien construit boucle la boucle et n’annonce aucune suite. Qu’importe, ce livre suffit à lui seul à marquer mon esprit pour toutes les qualités évoquées ci-dessus. C’est intéressant, plaisant, divertissant, intelligent… et donc c’est un coup de coeur, en toute logique.

Découvrez prochainement notre interview de Christian Eychloma

Pour qui : Les lecteurs qui aiment les lectures qui font réfléchir ainsi que la Rome antique.

Les + : Un thème original avec la théorie du multivers, un environnement prenant et agréable, des dialogues crédibles… Une belle histoire.

Les – : Certains détails comme l’histoire d’amour un peu facile ou la maîtrise du latin un peu trop rapide.

Infos pratiques

Relié: 408 pages
Editeur : Chloé des Lys (12 juin 2012)
Langue : Français
ISBN-10: 287459654X
ISBN-13: 978-2874596544