Archives des étiquettes : la communauté du sud

Mort de peur, de Charlaine Harris – La communauté du sud 11

Mort de peur, de Charlaine Harris (tome 11 de la série La communauté du sud, éditions J’ai Lu)

Lorsqu’une mystérieuse ombre met le feu au Merlotte, Sookie sait que les choses vont empirer. Oui, c’est possible. Quelqu’un semble en vouloir non seulement au bar de Sam, mais surtout à sa serveuse la plus étrange.
Sans parler du fait que la famille Pelt fait son retour, Sookie aura de bonnes raisons de ne pas être tranquille.
Autrement dit : d’avoir peur.

J’ai déjà évoqué le fait que certain tomes sont statiques et font office de remplissage. Ce n’est pas le cas de celui-ci, dans lequel il y a de l’action et avance l’histoire principale.
Certes, il n’y a rien de transcendant et je me demande toujours où veut en venir Charlaine Harris, puisque la série est bientôt terminée. Quelles résolutions vont faire avancer l’ordre du monde après la fin de la série par rapport à son début ? Pourquoi arrêter la série dans 2 tomes et pas plus ? Cette curiosité me pousse à lire chaque numéro avec un peu plus d’intérêt.
Pour ce qui est de ce tome 11, on ne sent pas que la fin est proche. Il s’agit d’un tome riche en rebondissements dans lequel on retrouve à peu près tous les héros habituels et à qui il arrive des aventures.
Sookie va subir un changement assez radical et très important pour la suite. Bien qu’elle soit toujours aussi naïve, j’ai comme toujours pris plaisir à la retrouver et la voir se débattre avec son humanité dans un environnement qui l’est de moins en moins.
Pour une fois j’ai trouvé que le livre portait bien son titre. La peur est présente tout au long de l’histoire et pour des raisons variées. Néanmoins, c’est une notion importante qui reste en toile de fond durant toute l’intrigue. On dirait presque que la peur a été traitée comme le thème de ce nouveau tome.
Cela apporte des scènes intéressantes de tension entre les personnages, ou même avec l’environnement.
Comme toujours le côté « enquête » n’est pas très développé et il ne faut pas s’attendre à un roman d’investigation ou d’enquête policière comme on peut notamment en lire dans les premiers tomes d’Anita Blake. Les héroïnes et leurs histoires n’ont rien à voir.
Néanmoins, les lecteurs qui ont tenus jusque là et ont dont traversé des tomes plats et insipides ne pourront que retrouver du souffle et un élan d’intérêt avec ce tome. J’ai pris plaisir à me plonger dans cet univers américain, un peu naïf et suranné de Bon Temps (les romans ont été écrit au début des années 2000 et je suis toujours étonnée de voir un texte qui ne parle quasiment pas d’internet et de nouvelles technologies même si Charlaine Harris essaie d’intégrer à son intrigue des événements de la vie réelle, comme l’ouragan Katrina de 2005. Cela semble si improbable aujourd’hui, avec le bond technologique opéré depuis 2006…)
Quoi qu’il en soit l’envie de découvrir le suivant est là à la fin et je me demande ce que nous réserve l’autrice pour la suite et quasi fin de sa série.

Pour qui : les lecteurs qui aiment la série et attendent un tome plus dynamique où l’intrigue avance vraiment.

Les + : on retrouve les personnages habituels, l’intrigue avance car des éléments importants viennent changer le cours des choses, Sookie connaît des changements.

Les – : même si j’ai apprécié le livre, je dois avouer qu’il ne m’en reste pas grand chose après quelques jours. J’ai déjà presque tout oublié. Les tomes se suivent et se ressemblent malgré tout.

Infos pratiques
Poche : 348 pages
Editeur : J’ai lu (8 janvier 2012)
Collection : SEMI-POCHE
Langue : Français
ISBN-10 : 2290037141
ISBN-13 : 978-2290037140

Publicités

Une mort certaine, de Charlaine Harris – la communauté du sud 10

Une mort certaine, de Charlaine Harris (tome 10 de la série La Communauté du Sud, éditions J’ai Lu)

La grande révélation des hybrides a eu lieu et le monde accepte doucement ce fait. Pourtant, de nombreuses autres créatures rôdent dans l’ombre et ne semblent pas prête à se révéler.
Un jour, Sookie a la surprise de trouver son cousin Claude devant chez elle. Celui-ci vient lui demander de l’héberger car il se sent seul. Une demande étrange, mais justifiée par le sang faé qui coule dans les veines de la jeune serveuse.
Puis c’est au tour de la meute de loups-garous de venir demander l’hébergement sur le terrain de la télépathe. La pleine Lune approche et des phénomènes étrangent se produisent. Voilà que des inconnus ont été repérés sur un terrain pas loin de chez Sookie, et qu’on y a même senti un nouveau cadavre.
Alors, quand le créateur d’Éric, Ocella, débarque à son tour, s’en est trop. Sookie sait que les choses vont mal tourner.
Et comme toujours, elle n’a pas tort.

Un tome 10 dont il va être assez compliqué pour moi de vous faire une chronique détaillée. En effet, pour être honnête, il ne se passe rien dans ce tome. Ou si peu que je l’ai déjà oublié.
L’histoire globale ne progresse pas vraiment et se concentre autour des romances du livre. Sookie passe son temps à faire des allers/retours entre sa maison et celles de ses voisins. On y apprend que Bill est très mal en point, et que sa relation avec Éric devient sérieuse. Il semble que la télépathe a enfin fait son choix et s’y tiendra.
Ainsi, le roman nous raconte comment Sookie règle les petits bobos à droite à gauche, et écoute les états-d’âme des uns et des autres (y compris de ceux qui n’en ont plus).
Le livre est comme toujours plaisant à lire, parfait pour les vacances. Mais il est aussi insipide et sans beaucoup d’intérêt. Je me demande même si on ne pourrait pas directement sauter au tome suivant (en espérant qu’il ne soit pas du même genre) sans rien perdre de l’histoire.
Il n’y a qu’un seul évènement marquant dans le roman et on le voit venir depuis le début, si bien qu’il n’y a pas de surprise quand la fin arrive.
Pas évident de trouver encore des choses à dire au bout de dix tomes. Pourtant les personnages ont du potentiel, mais ce qui était au départ une série de Bit-Lit s’est transformé en un soap opéra basique qui n’a, pour le coup, pas fait battre mon coeur.
Charlaine Harris a introduit deux personnages dont le charisme n’est pas celui qu’il aurait dû être (cela faisait longtemps que je n’avais pas croisé le tsarévitch dans une histoire et j’avoue ne pas avoir été très convaincue par cette interprétation. Je l’avais été bien plus dans Léviathan de Scott Westerfeld).
J’ai conscience que cette chronique ne dit pas grand chose, mais je vous assure qu’il n’y a pas grand chose à dire non plus sur ce tome. Contrairement au précédent, Bel et bien mort, ce tome est plat et donne l’impression d’un tome transitoire, où l’autrice a pratiqué le remplissage.
Un tome à oublier rapidement pour passer au suivant.

Pour qui : les lecteurs qui ont lu les précédents tomes.

Les + : il est toujours agréable de se plonger dans une histoire de Sookie Stackhouse, le style toujours aussi léger et fluide lit agréablement bien pour les vacances ou entre deux romans plus lourds.

Les – : un tome dans lequel il ne se passe rien ou presque, les quelques rebondissements étant attendus et n’apportant pas grand chose à l’histoire.

Infos pratiques
Poche: 413 pages
Editeur : J’ai lu (10 novembre 2010)
Collection : SEMI-POCHE
Langue : Français
ISBN-10: 229002502X
ISBN-13: 978-2290025024

« Entrées précédentes