Archives des étiquettes : zombies

La Conspiration d’Umbrella, Resident Evil 1, de SD Perry

La Conspiration d’Umbrella, de SD Perry (tome 1 de la série Resident Evil, éditions Milady)

Les STARS de Raccoon City sont une équipe de militaires d’élite dont la mission est de venir en aide aux populations civiles.
Juillet 1998. Des meurtres inquiètent les autorités. Les coupables sont introuvables et les victimes sont découvertes atrocement mutilées. Cannibalisme ? Animal sauvage ? L’équipe Bravo de Raccoon City est envoyée au coeur de la forêt, là où sont localisés les crimes, pour mener l’enquête.
Mais elle disparait à son tour.
Alors l’équipe Alpha entre en jeu sans savoir qu’elle s’apprête à entrer au coeur de l’enfer.

Je suis une grande grande fan de cette série de jeux vidéo (du moins la première génération), et je connais le jeu depuis ses débuts. Inutile de vous dire que ce roman n’a pas été une découverte. En effet, j’ai déjà lu toute la série lorsqu’elle était publiée chez Fleuve Noir il y a de cela plus d’une dizaine d’année.
Or, je me suis replongée avec délice dans ce titre, sous sa forme rééditée parue chez Milady. Autant vous le dire tout de suite : a part la couverture et le prix (qui a augmenté d’une manière frisant l’indécence pour un ouvrage de ce genre), rien n’a changé. C’est en effet la même traduction que chez Fleuve Noir.
J’ai donc retrouvé avec plaisir tout ce qui me plaisait lors de ma première lecture. Et puis après tout ce temps, c’était un peu comme une seconde première fois, non ?
Le style de S.D Perry est toujours aussi fluide. On suit l’histoire du premier jeu sorti en 1997 sur play station. Les situations, les objets, et même les dialogues… il s’agit presque d’un script mais en version romancée. Très pratique pour me remettre en mémoire le décors, les cinématiques… et parfois aider à trouver l’astuce d’un problème dont la résolution vous échappait. Je rejouais le jeu dans mon esprit. L’auteure sait parfaitement recréer l’ambiance, et profite même du roman pour approfondir les relations entre les personnages, et leur personnalité. Ainsi, ils nous apparaissent encore plus réalistes, plus vivants, plus concrets.
Lors de ma première lecture, j’avais adoré cette série de romans et cette relecture (une des rares qu’il m’est donné de faire au cours de ma vie de lectrice) est un bonheur non amoindri. On est au coeur du manoir, avec ses mécanismes, ses pièges, ses clés… il ne manque que les angles de caméras pour avoir tous les ingrédients. On retrouve un mélange de narration et d’articles de presse, de documents manuscrits, comme dans notre progression vidéoludique. Umbrella joue son rôle, à la fois omniprésent et invisible. Les héros sont brillants et les traîtres beaucoup plus sombres.
En cela si le lecteur cherche de l’originalité par rapport au jeu, il n’en trouvera pas ici. Il s’agit plutôt d’un bon moyen pour amener les lecteurs à s’intéresser à un support console, ou l’inverse. La seule différence entre le jeu et le livre est l’introduction du personnage de Trent, le bonus que l’on ne retrouve jamais dans les jeux. Peut-être une manière de permettre à l’auteure de prendre quelques libertés mais sans jamais sortir du chemin tracé par la production et Capcom.
Un roman qui devrait plaire à la fois aux fans, qui retrouveront le plaisir de le jeu préféré, ainsi qu’aux novices qui découvriront avec intérêt cet environnement si particulier, raison du succès de la série.

Pour qui : Les fans et les non connaisseurs du jeu. Les lecteurs qui aiment les ambiances pesantes, gores et étouffantes, pleines de pièges et de mystères.

Les + : On retrouve avec plaisir l’ambiance du jeu, le récit est bien écrit et fluide, les personnages un peu plus approfondis que dans les jeux.

Les – : cela m’arrive rarement de me plaindre de ce critère car cela ne concerne pas l’auteur et le texte en lui-même, mais là le prix de l’ouvrage n’est clairement pas justifié pour une réédition sans modification.

Infos pratiques
Editeur : Milady
Date de parution : 21/08/2014
Collection : Gaming
ISBN : 2811212906

Publicités

Qu’on leur coupe la tête – Alice aux pays des morts-vivants 3, de Mainak Dhar

Qu’on leur coupe la tête, de Mainak Dhar (tome 3 de la série Alice aux pays des morts-vivants, Fleuve Editions)

Et si on revenait en arrière, là où tout à commencé ? C’est ce que propose ce troisième opus, préquelle aux deux ouvrages précédents.

S’il est curieux de trouver une préquelle en tome 3 d’une série de romans, celle-ci propose un point de vue intéressant sur les origines des personnages que l’on connait.
Nous retrouvons ainsi aux manettes le docteur Protima et ce sur quoi elle travaillait avant le début de l’épidémie. A l’époque du récit, Alice n’est pas encore née et le roman débute dans un monde encore identique à celui dans lequel nous vivons.
Mainak Dhar s’attarde ici à nous présenter le monde dans son basculement, ces quelques heures durant lesquelles le destin de l’humanité passe de la normalité au tragique, où les êtres doivent se transcender, se révéler, pour devenir ceux que nous connaissons dans Alice au pays des morts-vivants et De l’autre côté du mouroir. Il nous explique aussi les origines de l’épidémie et le climat mondial au moment des faits. On y découvre donc un monde sombre où la guerre est présente partout, chaude et froide, prenant en otage les populations civiles.
La lecture est aussi prenante que dans les précédents tomes. Mainak Dhar a une écriture fluide et visuelle, émouvante pour ses personnages et le lecteur. On s’attache facilement aux protagonistes, même si je trouve personnellement que l’auteur parvient à traiter ses personnages féminins avec plus de finesse que ses personnages masculins. Ces derniers sont plus classiques, plus brutes, moins nuancés.
Le bémol à noter sur ce titre est similaire aux précédents : la rapidité temporelle du récit. Les événements se déroule de manière très rapide, trop, si bien que je me suis plusieurs fois fait la remarque que les gouvernements sont susceptibles, car ils lancent des assauts nucléaires en deux lignes. J’aurais apprécié que le temps s’écoule plus longuement et qu’on soit moins dans un style descriptif/passif, mais plus dans l’action active. En effet, le récit nous est raconté a posteriori et cela freine la gravité et la longueur des actions. Peut-être suis-je gourmande mais cela ne m’aurait pas déplu que le texte fasse plus de pages pour installer l’univers et la tragédie.
En résumé ce tome 3 est plutôt un premier tome introductif et intéressant pour cette série qui revisite le concept de « pays des merveilles ».

Lien vers la fiche sur le site de l’éditeur.

Pour qui : les lecteurs qui aiment les histoires de zombies et les textes courts.

Les + : un parti pris intéressant et un scénario cohérent avec le reste de la série. Un style visuel et fluide, des personnages attachants et émouvants.

Les – : Les faits se déroulent trop vites pour qu’on s’immerge dedans complètement.

Infos pratiques
Date de parution : 11/05/2017
Collection : Rendez-Vous Ailleurs
EAN : 978-2265114494
ISBN : 2265114499
Nombre de pages : 160

« Entrées précédentes