Tag Archives: tome 2

La révolte des omégas, de Francesca Haig

La révolte des omégas, de Francesca Haig (tome 2 de la série Le Serment Incandescent, Le livre de Poche)

Après les terribles épreuves de la forêt et de l’île, Cass s’est enrôlée dans la Résistence. Elle est de plus en plus convaincue qu’un autre futur est possible : celui où Alpha et Oméga vivront en paix et en harmonie. Mieux : il n’y aura plus d’alpha et d’oméga, juste des individus libres et égaux. Utopiste ?
C’est pourtant avec des idées de ce genre que le monde avance.
Entourée des jumeaux Zoe et Piper, Cass devra panser ses blessures, oublier Kip, et aller de l’avant. Sauf que pour avancer, elle n’aura pas d’autre choix que de se plonger dans le passé.

J’avais beaucoup aimé le premier tome Le Serment Incandescent , et espérais lire rapidement la suite. Je vous le dis tout de suite : cette suite m’a autant plus que le premier tome.
On y retrouve en effet les protagonistes du premier opus et l’auteur parvient à nous recontextualiser assez rapidement le fil des événements. Ainsi, même si le temps a passé et que j’ai lu bien d’autres livres depuis le premier, j’ai pu me replonger en quelques pages dans ce qui s’était passé avant.
Francesca Haig poursuit le développement de son univers post-apocalyptique et on en apprend plus sur la vie des humains après le grand feu (on comprend qu’il s’agit d’un feu nucléaire). Les révélations faites dans ce tome sont crédibles et inattendues. C’est un plaisir que de suivre les aventures de Cass, un personnage que j’aime particulièrement. Je l’ai déjà dit dans ma chronique du premier tome mais je vais le redire car c’est encore vrai ici : elle me fait beaucoup penser à l’héroïne de Feed, de Mira Grant. Son caractère indépendant, sa capacité à prendre les choses sur elle, une sorte d’innocence perdue qu’elle doit supporter malgré elle sans faillir. Une héroïne forte et marquante. Le poids des épreuves qu’elle endure se fait sentir de pages et pages et la gravité du roman va crescendo. Les scènes s’enchaînent avec fluidité. L’ensemble est très visuel et fait penser à un jeu vidéo où les méchants apparaissent par séquences avant de disparaître sans que l’on n’ait rien pu faire, pour revenir plus tard.
Les idées développées dans ce tome sont prenantes, à tel point que j’ai lu ce roman d’un trait. Impossible de le lâcher une fois dedans, tant ce concept de jumeaux liés à la vie à la mort me plait.
Ce que je déplore, en revanche, c’est la facilité du destin par moment. Les personnages semblent avec la chance de leur côté, quitte à ce que cela gâche un peu le suspense (je pense notamment à une scène de bataille). Aussi, je me suis posée la question de la langue et de sa compréhension lorsque les personnages trouvent des documents anciens. Mis a part un vocabulaire inconnu (et pour cause : les choses dont il est fait mention n’existent plus), les personnages n’ont pas l’air d’avoir de problème pour comprendre ce qui est écrit. Or, je me suis dit qu’en 400 ans, non seulement une langue évolue (pourriez-vous lire du français manuscrit des années 1600 et tout comprendre, vous ?), mais en plus rien ne prouve que les nouveaux humains, les Surfaciens, aient parlé la même langue que leurs ancêtres. J’aurais trouvé intéressant que cette question du déchiffrage se pose. Certes cela aurait considérablement rallongé l’ouvrage (on ne peut pas traduire une langue inconnue du jour au lendemain), mais aurait été à mon avis très intéressant. Car en l’état, cela m’a donné l’impression évoquée ci-dessus à savoir que le hasard est généreux avec nos héros.
Mis a part ce fait, je me suis attachée aux personnages et me suis surprise à éprouver à peu près tous les sentiments possibles pour eux. On frissonne, on a peur, on est triste… leur sort ne peut pas laisser le lecteur indifférent.
Et la fin de l’ouvrage non plus, prometteuse d’une suite toute aussi passionnante. J’ai déjà hâte.

Pour qui : Les lecteurs qui aiment les histoires de jumeaux et qui ont lu le premier tome. Ceux qui cherchent une histoire originale et jamais lue, les personnages forts.

Les + : Un style immersif, des personnages attachants, une suite à la hauteur du premier tome et une fin qui donne envie de lire le tome suivant.

Les – : le hasard est un peu trop généreux avec les héros et je me suis posée des questions au sujet des différents langages utilisés.

Infos pratiques
Pages : 416 pages
Date de parution: 12/04/2017
EAN / ISBN: 9782253183716

La Naissance, de Jean Vigne – Division Givre 2

La Naissance, de Jean Vigne (épisode 2 du feuilleton numérique Division Givre, éditions du Petit Caveau)

Alors qu’elle vient de constituer son équipe, Ange Bernier passe à l’action. Or, tout ne va pas se passer comme prévu et les conséquences de la première intervention de la toute fraiche équipe Givre va laisser des traces… bien des changements sont à prévoir. Pour le pire et rien que le pire, bien sûr !

La Naissance est l’épisode 2 de la série Division Givre. Il se place directement dans la ligne du premier, Kill Them All, et on y retrouve tous les éléments qui ont fait le charme de son prédécesseur. Y compris le grand nombre de pages qui en fait presque un mini-roman à part entière.
Je confesse avoir lu cet épisode en rentrant d’un week-end à Paris où j’ai eu la chance parfaitement hasardeuse de me promener dans quasiment tous les lieux évoqués dans la série (mis a part les catacombes, et encore c’était pour raison de trop fort affluence, j’aurais dû tenter d’y aller à la nuit tombée comme les personnages de l’auteur). Inutile de dire que je visualisais très bien les lieux et l’ambiance de la majorité des scènes. On trouve le fameux 36 Quai des Orfèvres, le cimetière du Père Lachaise, les catacombes… entre autres.
Ici encore, Paris est le décor de ce feuilleton nerveux et rythmé mettant en scène une héroïne au caractère tellement bien trempé qu’il ne sèche jamais vraiment, et son équipe. La blonde explosive prévient très vite : ils sont là pour casser du vampire.
Car il est toujours question de bêtes à crocs dans cette série, pour l’instant seules créatures surnaturelles à apparaître.
L’héroïne va connaître des bouleversements importants dans son existence qui ne sont pas sans rappeler certaines ficelles de A Belles Dents, d’Anne Bardelli. Je vous laisserai découvrir lesquelles. Là où la différence se situe est dans le traitement des personnages. L’héroïne de Jean Vigne n’a rien à voir avec la très stéréotypée Léa Bacal. Ici, Ange est tout le contraire de ce que laisse penser son prénom. L’ensemble est crédible car servi par une écriture brute et sans langue de bois. Une lecture intéressante et qui fait du bien en sortant des sentiers battus. J’ai apprécié l’immersion dans les lieux, la multiplicité des points de vues, des personnages et des décors, le tout tournant autour d’une même intrigue.
Si un certain nombre de ficelles sont déjà vues, notamment dans la façon dont est gérée la société vampirique (les classiques du genre ont probablement influencé l’écriture de la série), il est agréable de se laisser porter par cette lecture. La galerie de personnage me plait beaucoup et j’attends la suite avec impatience pour me plonger dedans.
En effet La Naissance prend son envol après un premier épisode qui posait des bases intéressantes, et promet encore de l’action pour la suite.
Si le style et le rythme restent ainsi dans les prochains épisodes, on pourra vraiment dire que ce feuilleton est de la bombe. Troisième feuilleton numérique édité par les éditions du Petit Caveau après Bad Moon Rising et Purespace, il se démarque par son dynamisme et son caractère. Les feuilletons ne se ressemblent pas aux éditions du Petit Caveau et c’est bien pour cela qu’on les aime !

Pour qui : les lecteurs qui aiment les longs feuilletons numériques et les héroïnes aussi bagarreuses que des garçons, l’ambiance parisienne.

Les + : la taille du texte qui permet de développer un scénario fourni et une ambiance immersive, un style nerveux et dynamique parfait pour une héroïne qui tient plus de la guerrière que de la princesse !

Les – : un certain nombres d’idées ne sont pas nouvelles et feront immanquablement penser à d’autres lectures ou films vampiriques, ce qui occulte l’impression que l’auteur a créé un univers totalement personnel.

Infos pratiques
Collection : Sang Neuf
Nombre de pages : 130 pages (numérique)
Date de publication : 10/ 05/ 17 (numérique) été 2017 (papier)
ISBN : 9782373420456

« Articles Précédents