Archives des étiquettes : vampire

La Reine des Vampires, de Charlaine Harris (La Communauté du Sud 6)

La Reine des Vampires, de Charlaine Harris (tome 6 de la série La Communauté du Sud, éditions J’ai Lu)

Sookie part à la nouvelle-Orléans pour vider l’appartement de sa cousine vampire Hadley. La Reine vampire demande également à ce que la jeune serveuse de Bon Temps soit présente à une cérémonie très officielle. Et c’est bien connu, on ne peut rien refuser à la Reine.
Sookie, qui tente encore de se reconstruire en portant le secret de la mort de Debbie Pelt, n’est pas au bout de ses surprises. D’autant plus qu’il semble que certains loups-garous se soient mis en tête de l’éliminer.

J’en attendais plus d’un roman dont le titre porte le nom d’un des personnages les plus puissant de la série.
Comme les autres tomes, celui-ci se lit bien, mais j’ai eu l’impression d’avoir plus souvent affaire à du remplissage qu’à la nouvelle proposition d’une autrice pour sa série.
Il ne se passe pas énormément de choses, soyons francs. Sookie fait des allers et retours entre Bon Temps et la Nouvelle-Orléans, fait la connaissance de nouvelles personnes, mais… c’est assez maigre.
L’autrice a placé dans l’histoire une révélation que j’ai trouvé très intéressante (je parle du sang de Sookie), mais qui à mon goût est totalement sous-exploitée, noyée dans une masse de futilité.
A côté de cela, la Reine des vampires, puisque le focus est fait sur elle, est assez peu mise en valeur. A la fin de la lecture, je me souviens surtout d’un dialogue assez barbant dans lequel ladite reine s’épanche sur son passé.
Cela ne fait guère avancer les choses, au point que quelques jours après, j’ai totalement oublié le contenu de ce dialogue.
Ce tome numéro 6 n’est clairement pas le meilleur de la série. Sookie se trouve un nouveau petit ami et c’est la seule chose un peu pimentée du roman. Pour le reste, il ne se passe que des choses superficielles, secondaires, et lorsque le roman se termine, l’histoire générale n’a pas beaucoup plus avancé.
Un coup pour rien ?
Pas tout à fait, parce qu’il faut bien qu’il se page quelque chose. On sent arriver un triangle amoureux dans le tome suivant, et dans celui-ci, on apprend une information importante, comme je le disais plus haut. Cette information aura forcément des répercussions plus tard, et explique déjà certaines choses un peu grosses des tomes précédents. A mon avis, l’autrice a ajouté cet élément pour redonner du souffle à une série qui peinait à retrouver de l’intérêt à ce moment-là. Cela rend la suite intéressante. Certains personnages font leur apparition ou voient leur rôle renforcé, ce qui est une bonne chose et donne un souffle de fraicheur. Malgré cela, l’ambiance globale est plutôt plate et ne décolle pas vraiment. Il s’agit d’un tome de transition, après tout nous en sommes presque à la moitié de la série et cela se sent.
J’espère que la suite sera plus punchy, retrouvera un intérêt comme dans les premiers tomes. Et pour cela, la seule façon de le savoir sera de lire le suivant.

A noter que j’ai été gênée par le changement de traduction. En effet, il semble que j’ai eu un ouvrage avec une première traduction, si bien que plusieurs noms ont été complètement modifiés. J’ai eu du mal à comprendre, au début, avant de faire des recherches et de m’apercevoir que j’avais une ancienne traduction avec des personnages qui n’ont pas du tout le même nom. Il faut suivre ! Et je trouve que J’ai Lu n’a pas assez bien indiqué la différence. J’ai acheté la série de manière disparate et je lis beaucoup de formats et de traductions différentes avec une présentation similaire. Je me suis un peu sentie flouée.

Pour qui : les lecteurs qui ont lu les précédents tomes, ceux qui ont envie d’une lecture légère et sans prise de tête.

Les + : on se replonge avec délice dans l’univers créé par Charlaine Harris. Une révélation intéressante laisse penser que la suite sera mouvementée.

Les – : l’ambiance est globalement plate, l’intrigue n’avance pas beaucoup et on en revient presque au point de départ une fois le roman terminé. Il ne restera pas dans les mémoires.

Infos pratiques
Poche : 409 pages
Editeur : J’ai lu (28 octobre 2009)
Collection : SEMI-POCHE
Langue : Français
ISBN-10: 2290019542
ISBN-13: 978-2290019542

Publicités

Immortel, d’Annabelle Blangier

Immortel, d’Annabelle Blangier (one shot, éditions du Petit Caveau)

Un meurtre sanglant dans la petite ville sans histoires de Rochereau. Le capitaine Deville est chargé de l’enquête.
La victime a été retrouvée pendue par les pieds et vidée de son sang.
Très vite, des rumeurs circulent, les journaux et la population parlent d’un vampire. Mais est-ce crédible ? Tout le monde sait que ces monstres n’existent pas.
Pendant ce temps, la jeune Adeline s’ennuie chez elle. Alors qu’elle tombe sur une vieille photo de guerre, elle trouve que le soldat ressemble étrangement à son voisin. Elle décide donc d’aller lui rendre une petite visite.

Immortel est un titre assez épais récemment sorti aux éditions du Petit Caveau.
Il raconte, comme bon nombre d’ouvrages avant lui, les péripéties d’un enquêteur à la recherche de la vérité suite à un meurtre.
Le scénario est construit de sorte que nous avons deux histoires en parallèles : celle de l’adulte Deville, très cartésien et rationnel, et celle d’Adeline, sa fille, rêveuse et créative.
Le problème, c’est que j’ai détesté Adeline dès les premières lignes, et que le scénario de Deville, qui avait de loin ma préférence, s’est terminé en une suite de péripéties brouillonnes qui m’ont perdues.
Malheureusement je n’ai pas du tout adhéré à ce roman.
Je m’explique.
Pour commencer, la figure d’Adeline. Je l’ai trouvé à la fois extrêmement clichée, et proprement insupportable. La probabilité qu’elle trouve dans un manuel d’histoire une photo datant de la guerre de 1914 et qu’elle reconnaisse son voisin m’a laissé sceptique. En effet la qualité d’image de l’époque était plus que moyenne, alors si vous y ajoutez une mêlée de soldat, l’action et tout ce qui s’en suit, il faut non seulement un très bon oeil mais aussi une chance insolente.
Adeline a beaucoup de chance dans tout ce qu’elle fait, et je l’ai trouvée pénible, indiscrète, acharnée de manière irrationnelle. Morgane Crane a eu bien de la patience.
Pour ma part je l’aurais flanquée à la porte plus d’une fois. D’ailleurs j’ai trouvé son attitude assez peu crédible et naturelle. Cette détermination à agir seule et à se jeter dans la gueule du loup sans avoir peur une seule seconde est un peu trop extrême pour que j’y adhère. Le personnage manque de nuance.
Quant à Deville, j’ai beaucoup plus apprécié. Il est plus réfléchi et cherche les vraies explications. Il a les pieds sur terre et cherche des éléments rationnels avec sang froid.
Enfin, le personnage de Morgane Crane est l’une des plus grandes faiblesses du roman. Ce ne sera pas spoiler le roman que de dire que dès son premier échange avec Adeline, il lui révèle qu’il est un vampire.
Oui.
Mais non.
Ce n’est pas possible. Je n’y crois pas. S’il suffisait de demander à un vampire s’il en est un pour qu’il vous dise naturellement « bien sûr », ça se saurait. Comment les vampires auraient-ils pu rester caché depuis si longtemps, alors ?
Toutefois le roman explore quelques pistes intéressantes. Il essaie de nous surprendre (de manière plus ou moins réussie) avec une chute inattendue, et de nous expliquer la dualité entre la part humaine et la part de monstre que nous avons en chacun de nous.
La figure de l’homme au masque sur le visage ne m’a pas convaincue non plus. Elle n’est à mon sens pas assez développée pour qu’elle nous fasse frémir. Il fallait peut-être ajouter une part de frisson au roman, qui malheureusement n’arrive jamais.
Je regrette simplement qu’à nouveau cela n’ait pas fonctionné sur moi. Il n’y a aucun indice qui pouvait laisser supposer de la fin, si bien qu’elle m’a fait l’effet d’un cheveux sur la soupe. Les explications fournies ne tenaient pas vraiment debout. Cette histoire de secte, de lettres… on manque d’éléments pour leur donner toute leur crédibilité. L’autrice s’est sans doute embarquée dans une idée un peu trop grande pour elle et a été un peu dépassée.
Je ne peux pas trop entrer dans le détail pour ne pas spoiler les lecteurs. Sachez simplement que le roman n’a pas pris pour moi.
L’univers fouillé permet d’entrer dans une intrigue construite mais sans doute pas assez fine et profonde pour me séduire. Je le regrette.

Pour qui : les lecteurs qui aiment les histoires surprenantes et les enquêtes.

Les +  : de bonnes idées de scénario, suivre deux histoires parallèles est intéressant, le style de l’autrice est fluide et permet de bien suivre.

Les – : les personnages agissent souvent de façon peu crédible, les explications fournies ne sont pas convaincantes.

Infos pratiques
Broché
Editeur : Petit Caveau Editions (19 août 2018)
Langue : Français
ISBN-10 : 2373420570
ISBN-13: 978-2373420579

« Entrées précédentes