Archives des étiquettes : vampire

Les vestiges de l’aube, de David Khara

Les vestiges de l’aube, de David Khara (tome 1 de la série Les vestiges de l’aube, éditions 10/18)

New York, de nos jours. Le policier Barry Donovan tente péniblement de se remettre des attentats du 11 septembre, dans lesquels il a perdu sa femme et sa fille, les deux amours de sa vie.
Alors qu’il enquête sur une série de meurtre, Barry commencera à correspondre avec un homme sur internet. Un moyen pour lui de trouver du réconfort et une amitié dans son quotidien solitaire.
Il fait ainsi la connaissance de Werner, un aristocrate cultivé et attachant.
Mais Barry est loin de se douter de ce qui se cache réellement de l’autre côté de l’écran. Une amitié singulière qui pourrait se révéler d’une grande aide, à moins que ce ne soit au contraire une menace.

Les vestiges de l’aube est le tome qui précède Une Nuit Eternelle, roman que j’ai lu et chroniqué en 2014 sans savoir qu’il s’agissait d’une suite. J’ai donc enfin pu lire le premier tome et je n’ai pas été déçue.
Les deux histoires peuvent se lire indépendamment l’une de l’autre, mais avec ce premier tome, on revient à l’origine du lien entre l’homme et le vampire.
Un vampire peu ordinaire, tant David Khara s’est attaché à aller à l’encontre des clichés que l’on nous sert habituellement dans la littérature de ce genre.
Ici Werner est vieux de corps et d’esprit. On a affaire à une créature qui ne fait fantasmer personne, et qui a roulé sa bosse depuis quelques années.
La force de ce titre, ce n’est pas tant l’enquête policière, qui se résout finalement d’une manière extrêmement simple, pour ne pas dire simpliste, mais bien le lien d’amitié qui unit les deux protagonistes.
J’ai aimé ressentir la force des échanges entre Werner et Barry. On assiste aux débuts timides, aux échanges puis aux révélations. On tremble en se demandant comment les choses vont évoluer, si la vérité ne va pas faire voler en éclat les belles paroles et les considérations fondées sur de fausses impressions.
Les vestiges de l’aube est avant tout une histoire d’amitié avant d’être un polar. J’ai beaucoup aimé le parti pris de l’auteur. D’une certaine façon, c’est même une histoire d’amour qu’il nous raconte, car le lien entre Werner et Barry est si fort que les passages où Werner racontent peuvent parfois laisser planer le doute.
Je crois sincèrement que Werner éprouve pour Barry des sentiments au-delà de l’amitié, et j’ai apprécié que l’auteur ne nous le dise jamais, comme s’il laissait au lecteur le soin de trancher sur ce qu’il en déduit, par rapport à son propre vécu de l’amitié.
L’ouvrage se lit vite, il n’est pas très épais, mais c’est assez pour entrer dans l’histoire et s’attacher aux personnages. Je ne saurais dire si j’ai le plus apprécié Barry ou Werner. D’ailleurs, comme vous le voyez, je ne parle que d’eux alors qu’il y a d’autres personnages. Toutefois ils prennent tant de place qu’ils en viennent à éclipser les autres.
Pour vous faire une confidence, Werner mis à part, je me suis imaginé les personnages de la série Gotham, série que j’ai commencé à regarder il y a peu. Le duo Barry/Sanderson m’a beaucoup rappelé le duo Gordon/Bullock. Ce qui se confirme dans les agissements.
En bref, j’ai passé un très bon moment de lecture en compagnie des personnages de David Khara. Je n’aurais pas dis non à un peu plus de polar car la résolution de l’affaire se fait de manière un peu trop simple à mon goût et je sais que l’auteur peut faire mieux dans ce genre. Néanmoins, l’histoire est compensée sous d’autres aspects.
Un roman à lire comme une preuve que l’on peut écrire sur les vampires sans tomber dans le cliché, le mièvre et le déjà-lu.

Pour qui : les lecteurs qui aiment les histoires originales, les vampires, et les enquêtes policières.

Les + : l’amitié entre Werner et Barry est un fil conducteur puissant et extrêmement bien écrit, c’est crédible et plein d’émotions. J’ai beaucoup aimé ces deux personnages et leur histoire émouvante.

Les – : Plutôt sur la forme que sur le fond, les longs passages en italique m’ont un peu géné. Vu que cela ne trouve pas de vraie justification (on ne sait pas s’il s’agit d’une écriture dans un carnet, d’un enregistrement audio ou simplement des pensées du personnages) je pense qu’on aurait pu s’en passer. En effet, lire de longs passages en écriture italique me gène, à la longue.

Infos pratiques
Poche: 264 pages
Editeur : 10 X 18 (6 novembre 2014)
Collection : DOMAINE POLICIE
Langue : Français
ISBN-10: 226405641X
ISBN-13: 978-2264056412

Publicités

Le Mauve Empire, de V.K Valev

Le Mauve Empire, de V.K Valev (one shot, éditions du Petit Caveau)

Séverin Desjaunes est magnétiseur à l’hôpital. Son don, venu naturellement, lui permet de sauver des patients pour qui la médecine n’a plus beaucoup d’espoir. Néanmoins, il est incapable de sauver la seule personne qui lui est chère : sa femme Arline.
Le désespoir va le conduire à d’horribles actions pour tenter de détruire le mal qui la ronge.

J’avais ce livre dans ma PAL depuis longtemps avant de me décider à le lire. Premier livre édité aux éditions du Petit Caveau en 2009, je me l’étais procuré à l’occasion de l’opération « 1 mois 1 maison 1 achat » lors duquel j’avais fait bien plus d’un achat.
Bref, sa couverture intrigante, son titre énigmatique et son genre m’ont fait envie et je me suis lancée dans cette lecture.
Pour être honnête, je ne sais pas trop à quoi je m’attendais, mais probablement pas à ce que j’ai trouvé dans ce titre.
Sous plusieurs aspects, il m’a rappelé les ouvrages de Hard-Fiction écrits notamment par Christian Eychloma (Que le Diable nous Emporte, Ainsi Soit-il) mais dans le genre vampirique. Cela parce que l’auteur donne à plusieurs reprises des explications très techniques et scientifiques de ce qu’il dit ou fait. Il faut aimer. Pour ma part je fait partie des gens qui aiment cela (à condition que ce ne soit pas à outrance et bien intégré dans le roman, pas en note de bas de page).
Le roman se découpe en deux parties très différentes. Si j’ai bien aimé la première, j’ai en revanche beaucoup moins adhéré à la seconde.
En effet, l’auteur prend le temps de nous présenter son personnage dans la première partie. On y trouve son quotidien, ses motivations, son environnement… et nous partons dans un récit intéressant au sujet d’un homme magnétiseur, une profession que j’ai rarement lu dans les romans.
Séverin Desjaunes a une personnalité originale, intéressante, et ses préoccupations m’ont touchées.
En revanche, la seconde partie part tellement en vrille que je me suis demandée s’il s’agissait du même ouvrage ou d’un autre. La personnalité du héros change radicalement, et même si on nous explique pourquoi, cela peine à convaincre.
En fait, j’ai trouvé qu’il y avait une trop grande différence entre les deux parties, si bien que l’ensemble ne forme pas un roman homogène. C’est comme si on avait enfermé de l’huile et de l’eau dans la même bouteille. Certes, il y a un ensemble, mais constitué de deux choses distinctes et qui n’ont pas grand chose à voir.
C’est dommage parce que cette première partie était très prometteuse et je l’ai lue rapidement. J’ai eu plus de mal avec la seconde, qui m’a perdue en route.
Le style de l’auteur est sympathique, les jeux de mots intelligent, on sent qu’il y a un esprit derrière les mots. Preuve en est de l’épilogue extrêmement bien construit qui a su réveiller et retenir toute mon attention ! Malheureusement cela n’a pas suffit pour m’embarquer complètement dans l’histoire et me faire apprécier le principal protagoniste.

Pour qui : les lecteurs qui aiment les histoires de vampires et les romans intelligents

Les + : une première partie sympathique et originale, une profession intéressante assez peu exploitée, beaucoup d’esprit et un style qui se lit bien.

Les – : un gouffre sépare les deux parties au point que l’on se demande si on parle toujours de la même chose. C’est dommage, il manque de liant pour créer un récit homogène.

Infos pratiques
Date de parution : 5 juin 2009
ISBN : 978-2-9533892-0-3
Nombre de pages : 264
Illustration de couverture : Véronique Thomas

« Entrées précédentes