Archives des étiquettes : j’ai lu

Ce qui ne te tue pas, de Georgia Caldera

Ce qui ne te tue pas, de Georgia Caldera (tome 1 du dyptique Ce qui ne te tue pas, éditions J’ai Lu)

Violette et Adam ont beaucoup de points communs : les deux adolescents rêvent de faire leurs études dans une prestigieuse école graphique, ils ont des secrets à cacher, une vie à fuir, et surtout ils se détestent.
Malheureusement, ils vont devoir cohabiter. Un rapprochement forcé qui pourrait avoir des conséquences imprévues.

Cela faisait longtemps que je voulais découvrir la plume de Georgia Caldera, que je connais depuis très longtemps sur internet. Pour dire, je la connais depuis l’époque de feu Myspace !
Or, difficile de trouver ses ouvrages. Alors quand ils se sont tous étalés devant moi au dernier salon du livre de Paris, je n’ai pas hésite et je me suis laissée tenter par celui-ci, qui est le tout dernier sorti. La couverture et le résumé m’ont attirés, je cherchais quelque chose de léger et avec des émotions. Et puis, on ne va pas se mentir, la photo en couverture est à elle seule un bon argument de vente.
J’attendais de me laisser séduire par le texte, et le début a tenu ses promesses. Je suis rapidement rentrée dans l’histoire de Violette et ses problèmes très actuels, puis dans le quotidien d’Adam.
Toutefois, le soufflé est vite retombé.
En effet, ce livre a très vite fini par me lasser. Peut-être parce que j’ai assez vite vu les grosses ficelles (que dis-je, les « cordes ») marketing derrière.
On a un roman chorale avec un couple de personnages aux vies parallèles qui vont se rejoindre. Mais tout le livre n’est qu’une succession de clichés et j’ai levé les yeux au ciel tant de fois que j’ai cru qu’ils allaient y rester. En clair, nous avons là le couple typique de « la plus belle fille que tout le monde veut » et du « geek asocial renfermé mal dans sa peau dont tout le monde se moque ». Et devinez qui vont tomber amoureux l’un de l’autre ?
Oui.
Sauf que non seulement ils vont très vite tomber amoureux l’un de l’autre, mais ils vont passer 300 pages à se tourner autour à coup de « non elle ne peut pas aimer un mec comme moi », « je ne vois pas pourquoi il s’intéresserait à une fille comme moi », alors que tout dans leurs actions prouve le contraire. De fait, les protagonistes ont des réactions incompréhensibles et peu crédibles, dont l’apogée arrive bien entendu à la fin où l’on crée une fausse brèche pour nous inciter à acheter la suite. Adam s’emporte subitement pour quelque chose sorti de nulle part au point de retourner faussement la situation de manière disproportionnée à laquelle je n’ai pas cru une seconde.
Cela me semblait si évident qu’on voulait m’obliger à acheter la suite, que je ne le ferai pas. Le livre manque cruellement d’action, à croire qu’il s’agit de remplissage pour nous amener à cette fin peu crédible. Je suis prête à parier que la deuxième partie sera plus rythmée.
En outre, la couverture ne reflète absolument pas le personnage masculin qui a plus des airs de Kylo Ren (Adam Driver… je me demande si le nom du personnage n’est pas carrément un clin d’oeil à l’acteur tant sa description m’y a fait penser) que du mannequin barbu et rock qu’on nous présente. A contrario, la couverture de la suite a l’air de parfaitement refléter Violette. Il faut croire qu’Adam Driver n’est pas assez vendeur…
Je suis sortie de cette lecture frustrée avec la sensation qu’il s’agit plus d’une commande éditeur que d’une réelle envie de l’autrice de nous raconter l’histoire. Tout y est trop attendu, trop marketé, pas assez fouillé… Alors que les personnages et leurs histoires ont un réel potentiel, qui aurait pu gagner en développement s’ils n’étaient pas aussi occupés à se tourner autour comme deux loups avant l’affrontement.
A l’origine, je ne comptais pas parler de ce titre sur le blog puisque je le lisais « en off ». Mais il rentre dans la partie Young-Adult et je voulais quand même en parler parce que c’est la première fois que j’ai à ce point l’impression d’une liste marketing que l’on a coché en suivant les ingrédients d’une recette, et non pas qu’on me racontait une histoire sincère. Je suis donc déçue de ce titre.

Pour qui : les lecteurs qui cherchent une histoire contemporaine.

Les + : un style fluide qui se lit vite et bien.

Les – : je n’y ai pas cru une seconde. Les personnages passent leur temps à se rapprocher/s’éloigner pour des raisons incompréhensibles, l’ensemble est clichés et on nous pousse beaucoup trop à l’achat du second par un ressort qui ne tient pas la route. Je n’ai pas non plus apprécié d’être attirée par un bel homme en couverture qui n’a rien à voir avec le personnage à qui il est censé faire référence.

Infos pratiques
Poche: 320 pages
Editeur : J’AI LU (20 mars 2019)
Collection : FANTASME
Langue : Français
ISBN-10: 2290200530
ISBN-13: 978-2290200537

Publicités

La Conspiration, La Communauté du sud 7, de Charlaine Harris

La Conspiration, de Charlaine Harris (tome 7 de la série La Communauté du sud, éditions J’Ai Lu)

La Rine des vampires doit se rendre dans le Michigan afin de rendre des comptes à un tribunal vampire sur le meurtre de son maris et sa situation après le passage de l’ouragan Katrina. La Reine, toujours très calculatrice, va s’entourer de ses meilleurs éléments pour préparer sa défense et assurer sa défense. Sookie est ainsi conviée à faire le voyage jusqu’à cet hôtel particulier en forme de pyramide.
Malheureusement, les choses vont dégénérer sur place. Des crimes sont commis, des éléments troublants apparaissent. Tout semble accuser la Reine et sa délégation. Mais qu’en est-il vraiment ? Qui veut la peau des vampires de Bon temps ? Seraient-ils victimes d’une conspiration ?

Après le décevant La Reine des Vampires, j’espérais trouver un tome où il se passerait enfin des choses. C’est chose faite avec ce numéro 7 qui reprend les ingrédient d’un roman divertissant.
J’ai toujours eu un faible pour les romans se déroulant à huis-clos et c’est à peu près le cas de celui-ci, dans lequel l’action se passe en grande partie dans un hôtel en forme de pyramide.
On y trouve des révélations, des complots, de la romance, de l’action… bref, je ne me suis pas ennuyée à lire ce livre, comme ce fût le cas pour le précédent. Charlaine Harris était clairement plus inspirée cette fois-ci que la précédente et cela ne peut que satisfaire les lecteurs.
L’ouvrage est plus épais que les autres (401 pages) et il aurait été dommage de les remplir de vide. L’autrice est de plus en plus à l’aise avec son univers. Les personnages sont désormais installés et les enjeux plus importants.
On trouve plusieurs camps et une guerre semble sur le point d’éclater.
Aussi, l’ouvrage commence à dater un peu (2007), et je trouve cela intéressant d’avoir intégré à l’histoire un fait important de notre vie réelle : l’ouragan Katrina (l’ouragan ayant frappé en 2005, on peut supposer que l’autrice était en train de créer sa nouvelle histoire quand le phénomène s’est produit, avec les conséquences que l’on sait. Une catastrophe très bien intégrée à l’histoire de la série et qui l’ancre dans le réel avec crédibilité).
Comme toujours, le style est fluide, léger, agréable à lire, ce qui fait toujours de cette série une bonne distraction en fin de journée ou pour un week-end farniente. Qui aime les ambiance urbaines et bit-lit sera satisfait par ce volume.
Sookie est toujours aussi insupportable mais je crois que j’arrive peu à peu à m’y faire et à la trouver sympathique. J’ai eu l’impression qu’elle avait mûrit dans ce tome, un peu moins mièvre, un peu plus perspicace. Je peux me tromper, ou ce n’est peut-être qu’un coup de chance. Le tome 8 répondra à cette question.
Quoi qu’il en soit j’ai plus bien plus de plaisir à lire ce tome que le précédent, j’espère que Charlaine Harris continuera sur cette lancée maintenant qu’elle a pu prendre un second souffle. Nous n’en somme qu’à la moitié de la série (qui compote 13 tomes et deux tomes bonus) et je me demande ce que nous réserve la suite.

Pour qui : les lecteurs qui ont lu les précédents tomes.

Les + : il y a de l’action, l’histoire avance enfin ! On retrouve les personnages et les intrigues inter-espèces. J’ai apprécié que l’autrice intègre un évènement de la vie réelle dans sa fiction, l’impact est intégré de manière crédible et bien menée.

Les – : la cohabitation des deux traductions continue de me perdre un peu. Ayant acheté les romans d’occasion, je mélange les deux traductions et ce n’est pas un bon choix pour l’éditeur que d’avoir changé les noms dans sa première édition.

Infos pratiques
Poche: 406 pages
Editeur : J’ai lu (25 novembre 2009)
Collection : SEMI-POCHE
Langue : Français
ISBN-10: 2290019550
ISBN-13: 978-2290019559

« Entrées précédentes