Archives des étiquettes : tome 3

La grâce de Kushiel, Imriel T3

La grâce de Kushiel, de Jacqueline Carey (tome 3 de la trilogie Imriel)

Imriel et Sidonie ont enfin décidé d’afficher leur amour au grand jour. Mais la reine Ysandre, farouchement opposé au mariage des deux amants, consent à leur céder cette faveur à une seule condition : qu’Imriel retrouve sa mère, la traîtraisse Mélisande Sharizai, pour l’amener devant le peuple et la condamner à mort.
Avant son départ et alors qu’il s’est résolu au terrible châtiment réservé à sa mère, une délégation venue d’un pays lointain se rend à la Ville pour y rencontrer la famille royale.
Lors d’une éclipse, Imriel est victime d’une agression très violente. A son réveil, il ne reconnaît plus les siens. Tous semblent dire que le jeune homme est devenu fou. Pire, Sidonie est partie épouser un autre homme, dont elle est amoureuse, sans aucun souvenirs d’Imriel.
A-t-il rêvé toute sa vie ?
Le prince comprend rapidement qu’il est le dernier à se rappeler de la vérité, et qu’il va devoir se battre pour faire revenir à la raison les gens du royaume, s’il veut sauver son peuple et son couple. Bientôt, une terrible question le traverse : Et si sa mère était la clé ?

ROMAN COUP DE COEUR

Ultime conclusion pour cette trilogie ainsi que pour la série de romans de Jacqueline Carey traduits en français. Il faut dire qu’après Kushiel, Imriel est la seule trilogie à prendre véritablement la suite. Il n’y en a plus d’autre après. C’est donc avec une pointe de regret que j’ai entamé ce titre, dont mon rythme de lecture s’étale à 1 par an depuis 6 ans. Six ans que je passais chaque été avec les personnages de Jacqueline Carey, c’est dire si je m’y suis attachée, depuis.
Pour cette dernière, le roman a été à la hauteur. Une fois encore, je me suis replongée avec délice dans cet univers épais, fantasy, romantique et tellement émouvant.
Bien que je mette un an entre chaque tome, les personnages sont si bien installés, réinstallés en début de livre, que je ne me suis jamais perdue.
On a avec ce titre la conclusion d’une histoire plus grande qu’un seule tome. C’est toute la trilogie qui se termine ici. Comme j’aurais aimé pouvoir suivre les vies de chacun des protagonistes encore et encore, sur les générations suivantes, et ainsi de suite. Ne plus jamais en sortir !
L’écriture de Jacqueline Carey est si émouvante, si belle, si gracieuse… et les intrigues menées, bien que moins complexes que dans Kushiel, se révèlent prenantes. Je me demandais vraiment comment tout cela allait se terminer. J’ai eu peur, j’ai éprouvé de la joie, j’ai souris… et je me suis émue bien des fois.
J’ai d’ailleurs un peu de mal à rédiger cette chronique car une fois faite, tout sera terminé.
De tous les romans que j’ai lu depuis des années, ces deux trilogies font incontestablement parties de mes romans préférés. Ceux qui m’ont transportés, tout comme Feed, de Mira Grant, et m’ont fait vivre des moments rares et beaux.
Vous l’aurez compris, j’ai tout aimé dans ce livre, une fois encore. C’est un coup de coeur pour le titre et tout ce qu’il m’a fait vivre, mais aussi pour l’ensemble de l’oeuvre de Jacqueline Carey. J’aimerais tant pouvoir lire d’autres ouvrages, mais je ne lis qu’en français alors…
Imriel a tout d’un prince charmant et valeureux, dans la tradition des amours courtois. Ce roman est très médiéval dans son ambiance, et très fantasy aussi. On reconnait notre monde dans celui créé par l’autrice, mais avec un filtre de fantasy posé dessus. Ce n’est jamais vulgaire, toujours expliqué. Les paysages nous transportent, les dialogues sont travaillés, les personnages aussi.
Bref, je n’ai qu’un mot à vous dire : superbe.

Pour qui : les lecteurs qui ont lu les premiers tomes de la trilogie, ceux qui aiment la fantasy, les écrits épiques et beaux, émouvants, et les épopées.

Les + : La plume de Jacqueine Carey est toujours aussi belle, fluide, émouvante. L’histoire d’Imriel nous transporte, tout y est attachant, émouvant, rien n’est laissé au hasard.

Les – : Je n’en ai pas trouvé, c’est un coup de coeur.

Infos pratiques
Poche: 880 pages
Editeur : Bragelonne (26 août 2016)
Collection : FANTASY
Langue : Français
ISBN-10: 281121822X
ISBN-13: 978-2811218225

Publicités

Beauté, de Sarah Pinborough

Beauté, de Sarah Pinborough (tome 3 de la trilogie Contes des Royaumes, éditions Milady)

Un prince est envoyé dans un mystérieux royaume pour y vivre une aventure en compagnie d’une fille au chaperon rouge et d’un chasseur. Ensemble, ils pénètrent dans une forêt inaccessible où tout semble endormi. On dit que dans le château git une princesse née d’une ondine et d’un roi, et dont la beauté surnaturelle pourrait conduire à de bien étranges phénomènes.

Ce dernier tome vient clore la trilogie de Sarah Pinborough sur les Contes des Royaumes. Pour être honnête, je n’ai pas vu l’intérêt de cette dernière histoire par rapport à la trilogie. Le second tome faisait écho au premier, mais celui-ci se détache de tout et semble avoir été écrit juste pour prolonger l’idée et intégrer qu’il s’agit d’une trilogie et non d’un diptyque (peut-être que « trilogie » est plus vendeur ?).
Quoi qu’il en soit on retrouve ici plusieurs contes mélangés dans une histoire originale. Je regrette un peu cette impression de « fourre tout » puisqu’on mélange ici les histoires de La Petite Sirène, La Belle et la Bête, La Belle au bois dormant, Le Petit chaperon rouge et Raiponse. Tout cela dans la même petite histoire. Cela m’a donné une impression de réécriture un peu bancale où je ne savais plus que penser.
Néanmoins, l’histoire se tient si on la prend en solitaire et non comme un tome 3 d’une histoire plus grande.
Les personnages vivent des histoires qui leurs sont propres et sont plaisants à lire. Leurs comportements sont intéressants, à la différence de ceux de Poison. L’auteure a eu le temps de prendre ses marques avec les deux premiers titres et nous propose ici une réécriture plus détachée et convaincante. Son environnement est bien posé et le déroulé des événements rythmé. J’ai apprécié le fait d’envoyer le Prince en voyage initiatique, cela lui donne une faiblesse et lui fait gagner son statut de héros.
Le point fort de ce titre est que tout se tient. Rien n’est laissé sans réponse. Est-ce à dire qu’il s’agit du tome le plus intéressant ? Je n’irais pas jusque là. En effet, Charme et sa réécriture de Cendrillon m’avaient particulièrement convaincue. Ici j’ai à nouveau senti que l’auteur s’obligeait à ne pas partir dans tous les sens. Il s’en est fallu de peu pour que l’histoire ne parte encore à la dérive avec cette foule de personnages connus réécrits dans un ensemble brouillon. Disons que ça passe, mais de justesse. Je trouve l’ensemble toujours un peu faible, principalement à cause de la petite taille du texte. Cette histoire, au moins, mériterait un développement beaucoup plus conséquent pour installer durablement les protagonistes et leur offrir un background épais et marquant. Là, la profusion d’éléments est plaisant mais je sais déjà que j’oublierai tout dès mes prochaines lectures.
Le texte n’est pourtant pas mal écrit, loin de là. Le style est agréable, fluide, plutôt immersif, ce qu’il faut pour recréer l’ambiance des contes. Mais il manque quelque chose pour que la magie opère. J’en attendais plus.
Au final, cette trilogie des Contes des Royaumes est en demi-teinte, de qualité très inégale selon les tomes. Je suis d’avis qu’il y a de bonnes idées dans les trois récits et même dans la série dans son ensemble, mais aucune d’elle n’est poussée suffisamment loin pour faire de cette trilogie un chef d’oeuvre inoubliable.
Tout juste une lecture sympathique si l’on omet Poison. Le côté « Princes et Princesses » a sans doute beaucoup joué sur l’émoi suscité par ces textes, car au niveau du développement de l’histoire les qualités littéraires sont moindres.
Enfin, ayant lu la série en numérique, je n’ai profité que partiellement des illustrations puisqu’elles étaient petites et assez peu lisibles.
Je reste donc sur ma faim.

Pour qui : les lecteurs qui aiment les histoires de pays lointains, de princes, princesses et roi, de magie et de sorcières.

Les + : de bonnes idées et une écriture fluide.

Les – : l’histoire mêle un peu trop de personnages issus de contes différents, si bien que cela produit une impression brouillonne. L’ensemble aurait mérité d’être plus poussé dans les idées, et surtout beaucoup plus développé.

Infos pratiques
Broché: 224 pages
Editeur : Bragelonne (23 mai 2014)
Collection : FANTASY
Langue : Français
ISBN-10: 2811211942
ISBN-13: 978-2811211943

« Entrées précédentes