Archives des étiquettes : tome 3

La révolte, de Suzanne Collins – Hunger Games 3

La révolte, de Suzanne Collins (tome 3 de la trilogie Hunger Games, éditions PKJ)

Après avoir survécu une nouvelle fois aux Hunger Games, le rôle de Katniss s’amplifie. Elle n’a plus le choix que de redevenir le geai moqueur. La population compte sur elle, ainsi que les siens. En effet, le Capitole a fait d’elle un cas personnel. D’une manière ou d’une autre, Katniss doit mourir. En emportant un maximum de gens avec elle.

Cet ultime tome promet bien des rebondissements. Après avoir été plutôt convaincue par Hunger Games, puis déçue par L’embrasement dont j’attendais beaucoup, je ne savais comment me positionner sur ce dernier tome. Je me demandais comment tout cela allait se terminer.
Malheureusement, je suis restée sur ma vague de déception entamée par le second tome et ai terminé ma lecture avec le sentiment qu’Hunger Games aurait dû rester un one-shot.
En effet, cet ultime tome reprend tout ce que je n’ai pas aimé dans la suite : une Katniss insupportable, des ficelles énormes et pas très originales, un univers dépeint d’une manière grandiloquente alors qu’on ne ressent ni la tension ni la vengeance… Certes il se passe moult péripéties bienvenues, mais on retombe dans le scénario « jeux/mise en beauté/action/aucun suspense ». Je n’ai pas réussi à entrer dans l’univers. Vu le succès de la série et des films, je voulais du grandiose, de l’inoubliable, de l’attachant, je voulais ressentir des émotions…. mais non. Selon moi, la narration en fait trop. Il ne suffit pas de dire « tous ces pauvres gens mouraient de faim », je veux les voir, les entendre, je veux être là pour me faire mon propre avis. Or, et c’est là l’un des problèmes de la série : on ne peut qu’accepter ce que Katniss nous dit sur parole. Alors que pour ma part, je n’ai pas ressenti la famine (d’autant plus que toute la série se passe du côté de l’opulence), je n’ai pas ressenti la peur, la traque, l’esprit de vengeance et toute la tension qui va avec. Si bien que je n’ai jamais eu peur pour les personnage, je n’en ai détesté ni aimé aucun. Ils passent tous de manière fugace, présentés dès le départ comme « bons » ou « gentils » et c’est à vous de l’accepter. Le monde dépeint n’est pas logique et repose sur des bases faibles où beaucoup de choses ne sont pas crédibles (à commencer par le fonctionnement de la société, l’utilité des Hunger Games et leur signification).
Avec un tel titre, je m’attendais à un tome plein d’action, de combats, du sang, des pages entières de batailles… mais non. Cette « révolte » est surtout restée sur la couverture. Je ne l’ai pas vraiment ressentie dans le livre, ou à nouveau parce qu’on me le disait.
La fin de la série m’a aussi peu convaincue. Le comportement de Katniss à la fin de l’histoire ne m’a pas retournée, scénaristiquement, c’était une solution de facilité que je regrette. Katniss aura vraiment passé 3 tomes à subir sa vie et les évènements. Je souhaitais une héroïne courageuse, rebelle, guerrière, mais elle n’est à mes yeux qu’une suiveuse qui subit sa vie sans jamais la prendre en main. Quant à l’épilogue, il est très convenu et sans originalité. On trouve exactement la même fin dans une multitude d’autres séries (je ne vous pas lesquelles pour ne pas vous le dévoiler, mais à chaque fois je n’ai pas aimé ces épilogues trop faciles).
Je préfère de loin les plumes plus subtiles, plus immersives, plus nuancées.
En conclusion, j’ai trouvé la série suffisamment bien marketée pour donner envie de s’y intéresser, mais elle ne m’a vraiment pas embarquée dans son histoire une fois les ouvrages achetés. La plongée s’est révélée décevante à tous points de vue. Survendue, voilà le mot qui me restera à l’esprit après avoir rangé cet ultime ouvrage dans ma bibliothèque.
Je passerai très vite à autre chose.

Pour qui : les lecteurs qui aiment les ouvrages de young-adult, les histoires dans le futur, les romans avec des héroïnes.

Les + : Un style fluide qui se lit facilement.

Les – : un scénario peu crédible, un monde peu convainquant et un scénario auquel je n’ai pas adhéré. La fin est décevante. En bref, je suis déçue par cette lecture dont j’attendais peut-être trop.

Infos pratiques
Poche : 464 pages
Editeur : Pocket Jeunesse (4 juin 2015)
Collection : Hors collection sériel
Langue : Français
ISBN-10 : 2266260790
ISBN-13 : 978-2266260794

La grâce de Kushiel, Imriel T3

La grâce de Kushiel, de Jacqueline Carey (tome 3 de la trilogie Imriel)

Imriel et Sidonie ont enfin décidé d’afficher leur amour au grand jour. Mais la reine Ysandre, farouchement opposé au mariage des deux amants, consent à leur céder cette faveur à une seule condition : qu’Imriel retrouve sa mère, la traîtraisse Mélisande Sharizai, pour l’amener devant le peuple et la condamner à mort.
Avant son départ et alors qu’il s’est résolu au terrible châtiment réservé à sa mère, une délégation venue d’un pays lointain se rend à la Ville pour y rencontrer la famille royale.
Lors d’une éclipse, Imriel est victime d’une agression très violente. A son réveil, il ne reconnaît plus les siens. Tous semblent dire que le jeune homme est devenu fou. Pire, Sidonie est partie épouser un autre homme, dont elle est amoureuse, sans aucun souvenirs d’Imriel.
A-t-il rêvé toute sa vie ?
Le prince comprend rapidement qu’il est le dernier à se rappeler de la vérité, et qu’il va devoir se battre pour faire revenir à la raison les gens du royaume, s’il veut sauver son peuple et son couple. Bientôt, une terrible question le traverse : Et si sa mère était la clé ?

ROMAN COUP DE COEUR

Ultime conclusion pour cette trilogie ainsi que pour la série de romans de Jacqueline Carey traduits en français. Il faut dire qu’après Kushiel, Imriel est la seule trilogie à prendre véritablement la suite. Il n’y en a plus d’autre après. C’est donc avec une pointe de regret que j’ai entamé ce titre, dont mon rythme de lecture s’étale à 1 par an depuis 6 ans. Six ans que je passais chaque été avec les personnages de Jacqueline Carey, c’est dire si je m’y suis attachée, depuis.
Pour cette dernière, le roman a été à la hauteur. Une fois encore, je me suis replongée avec délice dans cet univers épais, fantasy, romantique et tellement émouvant.
Bien que je mette un an entre chaque tome, les personnages sont si bien installés, réinstallés en début de livre, que je ne me suis jamais perdue.
On a avec ce titre la conclusion d’une histoire plus grande qu’un seule tome. C’est toute la trilogie qui se termine ici. Comme j’aurais aimé pouvoir suivre les vies de chacun des protagonistes encore et encore, sur les générations suivantes, et ainsi de suite. Ne plus jamais en sortir !
L’écriture de Jacqueline Carey est si émouvante, si belle, si gracieuse… et les intrigues menées, bien que moins complexes que dans Kushiel, se révèlent prenantes. Je me demandais vraiment comment tout cela allait se terminer. J’ai eu peur, j’ai éprouvé de la joie, j’ai souris… et je me suis émue bien des fois.
J’ai d’ailleurs un peu de mal à rédiger cette chronique car une fois faite, tout sera terminé.
De tous les romans que j’ai lu depuis des années, ces deux trilogies font incontestablement parties de mes romans préférés. Ceux qui m’ont transportés, tout comme Feed, de Mira Grant, et m’ont fait vivre des moments rares et beaux.
Vous l’aurez compris, j’ai tout aimé dans ce livre, une fois encore. C’est un coup de coeur pour le titre et tout ce qu’il m’a fait vivre, mais aussi pour l’ensemble de l’oeuvre de Jacqueline Carey. J’aimerais tant pouvoir lire d’autres ouvrages, mais je ne lis qu’en français alors…
Imriel a tout d’un prince charmant et valeureux, dans la tradition des amours courtois. Ce roman est très médiéval dans son ambiance, et très fantasy aussi. On reconnait notre monde dans celui créé par l’autrice, mais avec un filtre de fantasy posé dessus. Ce n’est jamais vulgaire, toujours expliqué. Les paysages nous transportent, les dialogues sont travaillés, les personnages aussi.
Bref, je n’ai qu’un mot à vous dire : superbe.

Pour qui : les lecteurs qui ont lu les premiers tomes de la trilogie, ceux qui aiment la fantasy, les écrits épiques et beaux, émouvants, et les épopées.

Les + : La plume de Jacqueine Carey est toujours aussi belle, fluide, émouvante. L’histoire d’Imriel nous transporte, tout y est attachant, émouvant, rien n’est laissé au hasard.

Les – : Je n’en ai pas trouvé, c’est un coup de coeur.

Infos pratiques
Poche: 880 pages
Editeur : Bragelonne (26 août 2016)
Collection : FANTASY
Langue : Français
ISBN-10: 281121822X
ISBN-13: 978-2811218225

« Entrées précédentes