Archives des étiquettes : zombie

The Walking Dead 7, Cherche et tue, de Jay Bonansinga et Robert Kirkman

Cherche et Tue, de Jay Bonansinga et Robert Kirkman (tome 7 de la série The Walking Dead, éditions Le Livre de Poche)

Lilly Caul a pris la tête de sa communauté bon gré mal gré et l’équilibre précaire semble tenir au jour le jour. Les survivants construisent et se reconstruisent avec de grands projets pour l’avenir, comme celui, pour commencer, de relier les grandes villes entre elles par un chemin de fer. Un projet qui permettrait à la population de faire revenir le progrès dans un monde déserté par l’humanité.
Au milieu de ce cadre à priori bien installé, d’horribles meurtres sont perpétrés. La communauté subit une attaque d’envergure de la part d’ennemis inconnus, qui vont jusqu’à kidnapper les enfants. Pour quoi faire ? Lilly enrage.
A tel point qu’elle n’a plus qu’une seule idée en tête : retrouver les coupables et les tuer.

On pourrait se demander ce qu’il y a encore à raconter sur l’univers de Walking Dead au bout de sept tomes, et pourtant Jay Bonansinga trouve toujours.
Ce nouvel opus s’inscrit dans la suite de la série et reprend sur le papier le concept des comics : un arc narratif par roman, le tout dans une grande histoire globale. Ici : la vie de Lilly Caul et plus précisément de la communauté de Woodbury.
Si j’avais commencé la série avec L’ascension du Gouverneur et un goût de déjà lu, il ne s’est plus reproduit ici. Je trouve la série passionnante avec son personnage féminin fort et faillible. Jay Bonansinga s’est peu à peu émancipé des codes du comic et de la série dont il parvient sans peine à nous faire oublier les principaux protagonistes. Ici, Lilly fait partie intégrante de l’univers et j’adorerais la voir évoluer à l’écran. C’est une héroïne comme on en voit peu et si, souvent, le sort lui est favorable (c’est peut-être le seul point à regretter dans ce tome), on a malgré tout peur pour elle et le reste des survivants.
D’ailleurs l’auteur ne fait de cadeau à personne. Le destin des uns et des autres peut basculer à tout moment et cet ouvrage ne fera pas exception. Les idées traitées ici sont innovantes : vols d’enfants, expériences scientifiques, folies… L’auteur a de l’imagination pour renouveler l’intrigue à chaque tome, donner du souffle, du rythme, de l’émotion… le tout avec un style fluide et graphique qui nous plonge au coeur de l’environnement post-apocalyptique de Robert Kirkman. Cette série de livres n’a pas à rougir de ses soeurs sur autres supports et la fan que je suis est ravie de ce portage textuel savamment réussi.
Comme toujours j’ai aimé et j’en redemande. Merci aux éditions du Livre de Poche de nous permettre de nous divertir avec ce média moins connu que celui du petit écran.

Pour qui : les lecteurs qui aiment l’univers de la série The Walking Dead, ainsi que les comics, ou les univers post-apocalyptiques et plein de zombies. Il n’est pas obligatoire d’avoir lu les précédents tomes pour apprécier celui-ci, même si les connaître est un plus.

Les + : Une histoire originale qui ne sent pas le déjà-lu, des personnages sympathiques, un vrai survival-horror et un renouvellement constant de l’intrigue. Le style est immersif et on est plongé au coeur du chaos du début à la fin.

Les – : Le sort est très indulgent avec l’héroïne, qui a énormément de chance.

Infos pratiques
Poche: 352 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (29 mars 2017)
Collection : Fantastique
Langue : Français
ISBN-10: 2253083208
ISBN-13: 978-2253083207

Publicités

De l’autre côté du mouroir, de Mainak Dhar

de-lautre-cote-du-mouroir

De l’autre côté du mouroir, de Mainak Dhar (tome 2 de la série Alice Au Pays des Morts-Vivants, Fleuve Editions)

Après deux ans de paix, le Pays des Merveilles est secoué par une terrible affaire : un groupe d’enfants a été sauvagement assassinés par des Mordeurs. Si la nature des tueurs ne fait aucun doute, Alice ne croit pas qu’il puisse s’agir de ses fidèles serviteurs.
Trop tard, cependant. La population accuse bien vite les Morts-Vivants d’Alice et commence à la rejeter pour se placer sous la protection bienveillance des Gardes Rouge.
Mais l’enfer n’est-il pas pavé de bonnes intentions ?

Après son premier tome assez classique pour le genre, Mainak Dhar nous propose une suite explosive ! Avec De L’autre Côté du Mouroir, l’auteur Indien revisite l’histoire du célèbre conte de Lewis Caroll à la sauce zombie et survoltée.
Ici l’intrigue se déroule dans un court laps de temps, donnant à voir la vision anxieuse du peuple indien face au peuple chinois.
Car en effet, contrairement à la majorité des oeuvres de fiction traitant de la rivalité « USA vs Russie/Europe/Extra-Terrestres », ici on a un concept inédit « Inde vs Chine ». C’est ce qui est intéressant quand on lit des auteurs étrangers ancrés dans leur culture.
Ainsi, on sent un certain parti pris par l’auteur pour dénoncer la main-mise chinoise, qui abreuve le pays d’objets divers de mauvaise qualité en échange d’un faux sentiment de sécurité.
L’ouvrage se teinte ainsi d’une couleur plus politique, où l’on sent entre les lignes les idées de l’auteur. Le récit devient alors l’illustration de ce qui pourrait se produire si un peuple décidait d’abandonner sa liberté en échange d’un confort relatif.
En outre, ces 206 pages sont une succession de scènes d’actions. Alice fait tout pour défendre son Pays des Merveilles des envahisseurs, à l’instar des irréductibles gaulois. Mainak Dhar a une écriture vive, intense, et l’on ne s’ennuie pas une seconde. Sa Alice a tout d’une « Prospero » (Resident Evil), mutante survoltée et souple aux idées de liberté bien affirmées.
Ce seconde tome est plus puissant, moins linéaire, digne d’un film d’action.
Ce que je regrette, c’est que le personnage de la Reine Rouge soit si peu présent. Alors que je m’attendais à une adversaire de la trempe d’Alice, comme nous le laisse penser la couverture (qui présente curieusement une femme de type européen alors qu’elle est asiatique), force m’a été de constater que non. Elle est souvent en retrait, n’apparaît que par intermittence sur de courtes périodes, et on sent vite qu’elle est aveuglée de mensonges. Ainsi son personnage n’est pas vraiment crédible, et il ne fait peur à aucun moment. L’affrontement final, qui survient à la manière d’un film d’action américain, ne m’a pas fait autant vibrer qu’il aurait dû. Je m’attendais à avoir peur mais non car le personnage de la Reine Rouge n’impressionne pas.
A part cela, cette suite se termine sur une note d’espoirs et je suis vraiment curieuse de lire la suite de la série car j’apprécie beaucoup Alice. Je ne dévoilerai pas l’intrigue pour ne pas vous gâcher la surprise mais si comme moi vous êtes curieu(se)x, vous ne pourrez qu’espérer que la suite arrivera rapidement.
Mainak Dhar est pour moi un auteur à suivre pour sa vision originale dans notre paysage littéraire européen et la qualité de son écriture. J’espère avoir l’occasion de lire d’autres romans de sa main.

Pour qui : Il n’est pas obligatoire d’avoir lu le premier tome d’Alice Au Pays des Morts-Vivants pour le comprendre, mais il est quand même conseillé de l’avoir lu au préalable vu qu’il s’agit d’une suite. Les lecteurs qui aiment les histories de zombies et cherchent de l’originalité, et ceux qui aiment les livres d’action.

Les + : Une écriture vive et haletante, un roman plus politique que le premier et avec un message sous-jacent qui fait réfléchir.

Les – : L’exploitation de la Reine-Rouge qui est largement inférieure à ce à quoi on s’attend en voyant la couverture, le personnage manque de charisme et on ne tremble jamais pour Alice, cet alter-ego maléfique n’est pas à la hauteur. La couverture qui représente deux femmes de type « caucasien » alors que la Reine Rouge est asiatique.

Infos pratiques
Broché: 208 pages
Editeur : Fleuve éditions (10 novembre 2016)
Collection : Rendez-vous ailleurs
Langue : Français
ISBN-10: 2265114480
ISBN-13: 978-2265114487
Dimensions du produit: 14 x 2 x 21 cm

Voir la fiche de « De l’autre côté du mouroir » sur le site de l’éditeur.

« Entrées précédentes