Archives des étiquettes : milady

Charme, de Sarah Pinborough

Charme, de Sarah Pinborough (tome 2 de la trilogie Contes des Royaumes, éditions Milady)

L’hiver a recouvert de son manteau blanc tout le royaume. Cendrillon, occupée à nettoyer et servir le château de son père et sa belle-mère, apprend que deux bals vont avoir lieu au palais royal afin de trouver une jeune fille à marier au Prince. Le Royaume est en émoi. Poussée par ses fantasmes, Cendrillon fera tout pour participer à ce bal qui va changer sa vie.
Elle découvrira à ses dépends qu’il n’est jamais bon de forcer le destin et d’influer sur le destin.

Échaudée par l’insipide Poison, j’ai commencé cette lecture sans grande conviction, juste parce que je me suis procurée l’intégral de la trilogie lors d’une opération spéciale et que je ne voulais pas avoir jeté mon argent dans le vide. C’était pour moi une façon de confirmer ou d’infirmer ma première impression, franchement mauvaise, sur cette auteure que je n’avais jamais lue avant.
Sans rien attendre, j’ai été agréablement surprise par ce second tome. Au point de me demander s’il avait été écrit par la même personne que Poison. D’après mes recherches il ne s’est pourtant écoulé qu’un an entre la publication du premier et du deuxième tome. Mais qu’en est-il de leur rédaction ?
A la lecture, c’est comme si ce Charme avait été pensé, construit… et n’était pas simplement une fan fiction bancale d’un conte mille fois repris comme j’ai pu le penser à ma lecture de Poison.
Ici l’histoire est centrée sur Cendrillon. Si celle-ci n’est pas ma princesse préférée dans les films d’animation de Disney, je l’ai ici de loin préférée à Blanche-Neige. L’auteure nous la présente comme romantique, un peu fleur bleue, mais surtout très humaine avec des préoccupations de jeune fille de son âge. On comprend les difficultés de sa famille et si la cruauté n’est jamais loin, on en comprend les motivations. On apprend ici pourquoi la belle-mère de Cendrillon met à ce point tout en oeuvre pour que ses filles (et plus particulièrement la dernière fille, Rose, puisque sa première fille a trouvé à se marier à un bon parti) puisse épouser le Prince.
En cela le Prince représente une sorte d’idéal inaccessible qui va également faire fantasmer le lecteur, afin que sa chute ne soit que plus rude. Les multiples facettes de ce personnages sont bien trouvées ! Il est beaucoup plus manichéen qu’il n’y paraît.
La soeur de Cendrillon, Rose, est aussi très attachante, et on apprend qu’il y a de l’amour dans cette famille torturée. Aussi dure soit la vie dans cette famille, les membres qui la composent sont attachés les uns aux autres. Ce n’était pas le cas dans le premier tome où les motivations semblaient incongrues et où personne ne ressentait rien de positif pour personne. La galerie de personnages est plus étoffée ici et beaucoup plus agréable.
Ce que j’ai aimé, ce sont tous les fils tissés entre le premier et le second tome. Ce sont eux qui nous permettent de dire qu’il s’agit d’une trilogie et non pas, comme je le pensais à la base, de trois one-shot indépendants les uns des autres.
Par effet de levier, la qualité de ce second tome rehausse un peu le premier, car il le creuse légèrement. Je ne peux rien dire sans spoiler mais il y a des révélations dans ce tome qui rendent mes souvenirs du premier moins amers, et qui m’ont fait apprécier ma lecture. D’ailleurs, vu la fin, je me demande comment l’auteure va accrocher un troisième tome à ce diptyque et j’espère ne pas être à nouveau déçue par un tome de trop.
J’ai également apprécié les libertés prises par rapport à Disney. Si les succès animés de Walt constituent pour nombre d’entre nous nos découvertes de ces contes, l’auteure ne s’est pas contenté d’une transposition sur papier des oeuvres de la firme californienne. Ainsi, le côté « amie des animaux » est toujours présent mais d’une toute autre façon, et beaucoup moins enfantine. C’est intelligent !
Cette série me laisse donc très indécise et il me faudra la lire jusqu’au bout pour avoir un avis définitif, ce qui est assez rare pour être souligné.
Affaire à suivre pour le final.

Pour qui : les lecteurs qui aiment les contes, les princesses, et être surpris.

Les + : la galerie de personnages constitue le point fort du roman, les liens entre le premier tome et celui-ci, le fait que l’auteure a pris des libertés par rapport à ce que l’on connait chez Disney.

Les – : l’ensemble reste encore un peu court pour que le tome me reste en tête longtemps. Il sera probablement oublié aussi vite que je ne l’ai lu.

Infos pratiques
Relié: 240 pages
Editeur : Bragelonne (18 avril 2014)
Collection : FANTASY
Langue : Français
ISBN-10: 2811211691
ISBN-13: 978-2811211691

Publicités

Poison, de Sarah Pinborough

Poison, de Sarah Pinborough (tome 1 de la trilogie Contes des Royaumes, éditions Milady)

Lorsque le roi repart sur le champ de bataille, Lilith, désormais seule à la tête du royaume, va mener la vie dure à celle qu’elle hait plus que tout : Blanche-Neige. Cette princesse si belle et généreuse qu’elle en est aimée de tous est une menace. Très vite, Lilith en est sûre : Blanche-Neige doit mourir.
Poison revisite le conte de Blanche-Neige.

A première vue ce petit texte a tout pour plaire. Présenté comme une réécriture moderne du conte des frères Grimm, l’accent est mis sur la méchante reine. Il y avait de quoi faire !
Malheureusement, ce qui devait être un fruit acidulé et doux n’est qu’une pomme empoisonnée.
C’est peu de dire que j’ai été déçue à cette lecture. Heureusement elle fut rapide.
C’est simple : tout est cliché dans ce roman. Du prénom de la méchante reine (Lilith) à la personnalité de Blanche-Neige, il n’y a, à mon sens, rien à sauver.
Le texte dégouline de niaiserie et ne revisite rien. La méchante reine est méchante, point. Et tant pis si son acharnement et ses motivations semblent disproportionnées et digne d’une hystérique. La reine est décrite comme jeune et belle, tout comme Blanche-Neige. La seule différence est qu’on nous explique que Blanche-Neige est aimée de tous et pas la reine. En conséquence, la reine décide de semer la terreur pour se faire aimer… sérieusement ? Cela est si peu crédible que rien de ce que fait la reine ne paraît logique. Elle n’est dans le royaume que depuis 4 ans mais avant que l’auteur insiste sur le fait qu’elle est méchante, le lecteur ne s’en rend pas compte. Je l’ai même plutôt appréciée, au début. Alors pourquoi subitement essayer de tuer Blanche-Neige et devenir odieuse avec le peuple ? Elle ne l’était manifestement pas avant. Ce revirement de situation au début du livre est si faible qu’il n’y a aucune crédibilité. Si la reine avait été âgée j’aurais pu comprendre qu’elle en veuille à Blanche-Neige d’être encore jeune et fraîche. Mais là on nous explique qu’elle est tout comme Blanche-Neige, sauf qu’elle est moins aimée… Peut-être parce qu’elle est encore « nouvelle ». Bref, je n’y ai pas cru une seconde.
Le personnage de Blanche-Neige est elle non plus peu crédible. D’abord dépeinte d’une candeur et d’une bonté à vous donner la nausée tant c’est mièvre, elle bascule complètement dans le dernier tiers du roman pour devenir une sorte de succube assoiffée de sexe. Mais… pourquoi ? Rien ne laissait présager cette personnalité. A aucun moment l’auteur n’a introduit des éléments pouvant laisser penser que derrière cette oie blanche se cachait un loup. Le baiser au chasseur ? Bof, et en plus cela arrive tard. Et c’est tout. J’ai l’impression d’avoir compris que Blanche-Neige offre sa virginité au chasseur mais je n’en suis même pas sûre, d’autant plus qu’à la fin du roman elle est présentée comme très expérimentée donc ce n’est pas une fois qui fera la différence.
Le prince est décevant de niaiserie également.
Je m’attendais à une réécriture vraiment moderne, avec des personnages aux préoccupations solides, actuelles. Pourquoi pas une intrigue placée à notre époque ? Ou au moins à l’époque originale mais avec des personnages aux préoccupations de l’époque, mais crédible.
Grosse déception pour ce premier tome. Etant donné le fait que j’ai achet la trilogie d’un coup lors d’une opération numérique, je vais lise la suite. Cela me permettra de voir s’il s’agit d’un accident de parcours ou d’un désintérêt réel pour la plume de cette auteure.

Pour qui : les lecteurs qui aiment les contes et n’ont pas peur de relire une histoire mainte fois exploitée.

Les + : de bonnes idées et une jolie couverture.

Les – : les personnages ne sont pas crédibles, leurs motivations non plus. Le texte est assez insipide et on s’ennuie. La construction du texte semble assez hasardeuse et l’histoire n’a finalement que peu d’intérêt.

Infos pratiques
Broché: 240 pages
Editeur : Bragelonne (21 mars 2014)
Collection : FANTASY
Langue : Français
ISBN-10: 2811211624
ISBN-13: 978-2811211622

« Entrées précédentes