Archives des étiquettes : milady

Zombie Planet, de David Wellington

Zombie Planet, de David Wellington (tome 3 de la trilogie Zombie Story, éditions Milady)

Cela fait 12 ans que l’invasion zombie a débuté et la planète est désormais recouverte de morts-vivants. Les humains perdent la bataille et la survie est de plus en plus difficile. D’autant plus que les créatures sont contrôlées par un puissant zombie, capable de bien des prodiges.
Sarah, qui survie comme elle peut, est bien décidée à mettre fin à tout cela et à purifier son amie Ayaan, ancienne protectrice qui a malheureusement connu un sort bien tragique.

J’ai mis du temps à lire cette suite et fin. Après l’excellent Zombie Island et le décevant Zombie Nation, je ne savais pas à quoi m’attendre avec ce Zombie Planet.
En vérité, je dois vous confier qu’on ne m’en avait pas dit du bien, raison pour laquelle j’ai mis un peu plus de 4 ans avant de le sortir de ma pile à lire.
Qu’en ai-je donc pensé ? Quel est mon avis personnel ?
En un mot comme en cent, j’ai galéré. Du début à la fin cette lecture a été on ne peut plus laborieuse.
Certes, j’ai mis un temps fou à lire cet ultime tome, si bien que j’ai eu du mal à me remettre dans l’univers. Toutefois, l’univers étant lui-même un chaos sans nom, rien n’est fait pour aider le lecteur à s’y retrouver. Je pense que mon impression aurait été la même si j’avais enchaîné mes lectures, tant ce que l’auteur nous propose est un foutoir.
La galerie de personnage n’y est pas étrangère. Entre les zombies, les humains, les extra-terrestres, les espèces de vampires… le bestiaire est un globiboulga d’un peu tout, au point que je n’ai pas trouvé de cohérence. L’univers n’a rien de cohérent. David Wellington semble avoir écrit son texte à la volée, choisissant d’y insérer des créatures et des péripéties en fonction de son humeur. Les différents éléments ne se tiennent pas vraiment, des disparus reviennent, des leaders sont décimés, des aliens arrivent et mutent comme les boss de Resident Evil… Bref, j’ai été noyée.
Les pages se sont enchaînées et je peinais à comprendre. Qui ? Quoi ? Pourquoi ? Depuis quand ? A aucun moment je n’ai réussi à reprendre pieds. Trop c’est trop.
Aussi bien dans le temps que dans l’espace, j’étais perdue. Même en m’y étant préparé pendant 4 ans, j’ai regretté d’avoir ouvert ce titre. Peut-être n’était-ce encore pas le bon moment pour moi ? Ou peut-être ai-je trop attendu ? Je ne saurais dire.
C’est peut-être ma faute, après tout.
Mais vraiment, je n’ai rien compris à ce que j’ai lu, et pour ce que j’ai lu, je n’ai pas aimé. Inutile de préciser que si vous n’avez pas lu les premiers, vous avez encore moins de chance de comprendre ce qui se joue ici (déjà qu’en les ayant lus vous n’y comprendrez rien…).
Je dois reconnaître que mon avis final et personnel est conforme à ce que l’on m’en avait dit, malheureusement. Je ne trouve rien à sauver ici, tant le naufrage est rude.
L’auteur a écrit d’autres séries, dont une sur les vampires (Vampire Story), mais je ne compte pas lire d’autres de ces titres. L’ascenseur émotionnel produit par le très prometteur premier, et le n’importe quoi des suivants m’ont refroidie. J’ai même de la peine pour la personne qui me les a offerts.
Heureusement, c’était il y a longtemps.
Pour conclure cette chronique, si vous hésitiez à lire cette saga, je ne peux que vous recommander de passer votre chemin et de faire d’autres choix. Il y a sur ce blog bien assez d’ouvrages de zombies pour vous proposer de bonnes choses (série Feed ou Walking Dead, pour ne citer qu’elles).
Ne me remerciez pas.

Pour qui : les lecteurs qui ont déjà lu les précédents tomes et ont envie de connaître la fin.

Les + : C’est la fin de la série.

Les – : un livre sans queue ni tête qui laisse une impression de foutoir absolu, écrit de manière lourde et dont la lecture s’est révélée aussi laborieuse que douloureuse.

Infos pratiques
Poche: 448 pages
Editeur : Bragelonne (11 juillet 2013)
Collection : FANTASTIQUE
Langue : Français
ISBN-10: 281121058X
ISBN-13: 978-2811210588

Publicités

Charme, de Sarah Pinborough

Charme, de Sarah Pinborough (tome 2 de la trilogie Contes des Royaumes, éditions Milady)

L’hiver a recouvert de son manteau blanc tout le royaume. Cendrillon, occupée à nettoyer et servir le château de son père et sa belle-mère, apprend que deux bals vont avoir lieu au palais royal afin de trouver une jeune fille à marier au Prince. Le Royaume est en émoi. Poussée par ses fantasmes, Cendrillon fera tout pour participer à ce bal qui va changer sa vie.
Elle découvrira à ses dépends qu’il n’est jamais bon de forcer le destin et d’influer sur le destin.

Échaudée par l’insipide Poison, j’ai commencé cette lecture sans grande conviction, juste parce que je me suis procurée l’intégral de la trilogie lors d’une opération spéciale et que je ne voulais pas avoir jeté mon argent dans le vide. C’était pour moi une façon de confirmer ou d’infirmer ma première impression, franchement mauvaise, sur cette auteure que je n’avais jamais lue avant.
Sans rien attendre, j’ai été agréablement surprise par ce second tome. Au point de me demander s’il avait été écrit par la même personne que Poison. D’après mes recherches il ne s’est pourtant écoulé qu’un an entre la publication du premier et du deuxième tome. Mais qu’en est-il de leur rédaction ?
A la lecture, c’est comme si ce Charme avait été pensé, construit… et n’était pas simplement une fan fiction bancale d’un conte mille fois repris comme j’ai pu le penser à ma lecture de Poison.
Ici l’histoire est centrée sur Cendrillon. Si celle-ci n’est pas ma princesse préférée dans les films d’animation de Disney, je l’ai ici de loin préférée à Blanche-Neige. L’auteure nous la présente comme romantique, un peu fleur bleue, mais surtout très humaine avec des préoccupations de jeune fille de son âge. On comprend les difficultés de sa famille et si la cruauté n’est jamais loin, on en comprend les motivations. On apprend ici pourquoi la belle-mère de Cendrillon met à ce point tout en oeuvre pour que ses filles (et plus particulièrement la dernière fille, Rose, puisque sa première fille a trouvé à se marier à un bon parti) puisse épouser le Prince.
En cela le Prince représente une sorte d’idéal inaccessible qui va également faire fantasmer le lecteur, afin que sa chute ne soit que plus rude. Les multiples facettes de ce personnages sont bien trouvées ! Il est beaucoup plus manichéen qu’il n’y paraît.
La soeur de Cendrillon, Rose, est aussi très attachante, et on apprend qu’il y a de l’amour dans cette famille torturée. Aussi dure soit la vie dans cette famille, les membres qui la composent sont attachés les uns aux autres. Ce n’était pas le cas dans le premier tome où les motivations semblaient incongrues et où personne ne ressentait rien de positif pour personne. La galerie de personnages est plus étoffée ici et beaucoup plus agréable.
Ce que j’ai aimé, ce sont tous les fils tissés entre le premier et le second tome. Ce sont eux qui nous permettent de dire qu’il s’agit d’une trilogie et non pas, comme je le pensais à la base, de trois one-shot indépendants les uns des autres.
Par effet de levier, la qualité de ce second tome rehausse un peu le premier, car il le creuse légèrement. Je ne peux rien dire sans spoiler mais il y a des révélations dans ce tome qui rendent mes souvenirs du premier moins amers, et qui m’ont fait apprécier ma lecture. D’ailleurs, vu la fin, je me demande comment l’auteure va accrocher un troisième tome à ce diptyque et j’espère ne pas être à nouveau déçue par un tome de trop.
J’ai également apprécié les libertés prises par rapport à Disney. Si les succès animés de Walt constituent pour nombre d’entre nous nos découvertes de ces contes, l’auteure ne s’est pas contenté d’une transposition sur papier des oeuvres de la firme californienne. Ainsi, le côté « amie des animaux » est toujours présent mais d’une toute autre façon, et beaucoup moins enfantine. C’est intelligent !
Cette série me laisse donc très indécise et il me faudra la lire jusqu’au bout pour avoir un avis définitif, ce qui est assez rare pour être souligné.
Affaire à suivre pour le final.

Pour qui : les lecteurs qui aiment les contes, les princesses, et être surpris.

Les + : la galerie de personnages constitue le point fort du roman, les liens entre le premier tome et celui-ci, le fait que l’auteure a pris des libertés par rapport à ce que l’on connait chez Disney.

Les – : l’ensemble reste encore un peu court pour que le tome me reste en tête longtemps. Il sera probablement oublié aussi vite que je ne l’ai lu.

Infos pratiques
Relié: 240 pages
Editeur : Bragelonne (18 avril 2014)
Collection : FANTASY
Langue : Français
ISBN-10: 2811211691
ISBN-13: 978-2811211691

« Entrées précédentes