Danse de Sang, de Frederic Livyns

Danse de Sang

Danse de Sang, de Frederic Lyvins (one shot, Val Sombre Editions)

Véronique se trouve en Afrique, en plein reportage d’investigation pour son magazine lorsque son mari décède. Elle doit rentrer de toute urgence. Sur place, elle a l’impression que Bertrand est toujours là, et qu’il veut essayer de lui faire passer un message…

Frederic Livyns revient avec ce petit roman plein de sang et de vaudou.
J’ai lu cet ouvrage après le recueil Sutures, et je disais dans ma chronique de ce dernier que je préférais l’auteur dans ses romans plutôt que dans ses nouvelles. Danse de Sang confirme ce sentiment et à défaut de m’avoir fait frissonner, m’a fait passer un bon moment de lecture.
Le texte est effectivement plus aboutit que les nouvelles dans ce qu’il raconte. Danse de Sang nous propose une aventure à mi-chemin entre l’enquête policière et le thriller fantastique. Une seule règle : il faut que ce soit horrible, gore, que l’hémoglobine jaillisse et que les os craquent. En cela l’auteur s’y est tenu, fidèle à lui-même et à son style oscillant entre R.L Stine et Stephen King.
L’auteur se rapproche plutôt du célèbre créateur de la série Chair de Poule que de celui de Shining. Le format de l’ouvrage est en effet assez court (150 pages) et pour cette raison les faits sont racontés de manière simple, sans trop de détails. On n’est pas du tout dans une intrigue psychologique. Les multiples scènes de gores ne font pas tellement frissonner car elles sont racontées de façon presque brute, et les horreurs évoquées sont telles qu’on ne leur accorde pas toujours un plein réalisme, on se dit que ça reste un livre.
Comme je le disais, ce n’est pas un roman psychologique. Frederic Livyns s’est principalement attaché à dépeindre un univers terrifiant et mystique. La magie vaudou est très présente puisqu’elle explique à elle seule les tenants et aboutissants du roman. Si on sent que l’auteur a bien appris ses leçons sur le sujet, il nous recrache l’ensemble avec un manque de finesse, lors de dialogues ou un personnage déclame son texte comme un professeur donnerait un cours magistral.
Néanmoins, c’est intéressant à apprendre, plaisant à lire, et lorsque la lecture se termine, toutes les questions ont trouvé réponse. J’ai même appris des choses, ce qui me fait toujours plaisir quand je lis un roman et qui s’était déjà produit dans le précédent roman que j’ai lu de cet auteur.
C’est bien pour cela que ses petits romans sont toujours de bons moments de lecture !
Une critique cependant : si je ne l’ai pas remarqué dans le précédent texte de l’auteur, Le Souffle des Ténèbres, pourtant paru chez le même éditeur, il me semble que ce roman aurait mérité un travail éditorial plus approfondi. Il comporte en effet de nombreux passages qui auraient mérités d’être retravaillés afin d’y enlever des répétitions ou des tournures malvenues. Une relecture/correction supplémentaire aurait pu approfondir le style en évitant, par exemple, des répétitions telles que « hurler » ou « de la sorte » (entre autre).
Malgré cet écueil, on peut raisonnablement dire que l’auteur belge a trouvé son style et sa voie sur le chemin des romans à frissons.

Pour qui : Les lecteurs qui aiment les histoires fantastiques et horrifiques, les petits livres rapides à lire, les livres dans lesquels on peut aussi étoffer sa culture personnelle.

Les + : Un roman court agréable à lire et rapide, ponctué de nombreux chapitres, et dont l’histoire nous apprend des choses au sujet des rites et coutumes vaudou.

Les – : Le seul véritable « moins » que j’ai trouvé tient vraiment dans le travail éditorial de l’ouvrage qui a, en quelque sorte, amoindri la qualité de ma lecture et desservit le style de l’auteur.

Infos pratiques
Pages : 
150
ISBN : 979-1090623088

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s