Le territoire des Kroms, d’Emmanuel Ardichvili

Le territoire des Kroms, d’Emmanuel Ardichvili (tome 2 de la série La Tour, éditions Sombres Rets)

Orkann et ses deux amies, Swalee et Ool, retournent voir le Géant Blanc de la Tour. Sur place, ils s’aperçoivent que le géant est gravement malade. Alarmés par les Kroms, les trois amis ne peuvent pas laisser ainsi leur sauveur. C’est courageusement qu’ils vont entreprendre un dangereux voyage jusqu’à une autre Tour, là où ils pensent pouvoir trouver la pièce manquante au puzzle qui remettra le Géant Blanc sur pieds.
Poussés par leur fougue, ils sont loin d’imaginer ce qu’ils croiseront sur leur route.

Le Territoire des Kroms est la suite de La Tour, et second titre de la trilogie du même nom.
On y retrouve tous les personnages du premier tome, qui à nouveau vont vivre des aventures héroïques. Cette suite est plus épaisse que le premier puisqu’elle comporte un peu plus de 200 pages, et c’est avec plaisir que je me suis replongée dans l’univers forestier de ce petit monde.
Néanmoins, ma lecture du premier tome remontant à plus de 2 ans, j’en ai lu des ouvrages entre temps (largement plus d’une centaine), et je dois avouer qu’il m’a manqué des choses dans ce titre pour en apprécier toute l’ampleur. Je me suis trouvée un peu perdue sur qui était qui et les motivations de chacun. Comme je l’avais souligné dans ma chronique de La Tour, le petit monde créé par Emmanuel Ardichvili me faisait penser à celui de Luc Besson et sa série Arthur et les Minimoys. De ce fait, je n’arrivais plus à me souvenir du contexte, Orkann était-il un petit garçon venu sauver un royaume ? Ou est-ce un univers totalement a part ? Vu qu’on a l’impression que tout y est plus grand pour les créatures et personnages que l’on rencontre, est-ce normal ?
Il m’a manqué des éléments pour me remettre tout à fait dans le contexte. Idem en ce qui concerne l’objectif principal qui est de sauver le Géant Blanc. Je n’étais plus très sûre de sa fonction ni de sa place dans l’histoire.
Toutefois, malgré ce léger flou autour du contexte, l’histoire reste compréhensible et appréciable. Ce ne sera pas un coup de coeur comme l’a été Seconde Nature, ma dernière lecture de l’auteur, mais j’ai passé un agréable moment.
La plume d’Emmanuel Ardichvili est toujours aussi sympathique, fluide et agréable.
Un bon petit voyage en territoire étrangers, un peu enfantin, où les valeurs de la nature et de l’amitié sont remises sur le devant de la scène.
Un dépaysement bienvenu au milieu de lectures plus graves.

Pour qui : Même si l’histoire peut se lire indépendamment du premier tome, je conseille quand même d’avoir lu depuis peu le premier, au risque de sentir un manque de contextualisation comme ça a été le cas pour moi.

Les + : on retrouve tous les personnages du premier tome dans cette nouvelle aventure, la plume de l’auteur est toujours aussi agréable et fluide, la couverture colorée fait honneur à l’univers.

Les – : le manque de recontextualisation précise fait que j’ai lu le titre avec des questions restées sans réponses.

Infos pratiques
Pages :
214
Editeur :
Sombres Rets (4 décembre 2017)
Collection :
PIEGES A REVES
ISBN-10:
2918265268
ISBN-13:
978-2918265269

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s